Alimentation 1/2 : des épinards dans ton fer

Un corps épuisé voire exténué a besoin d'une alimentation de très bonne densité et qualité nutritionnelles capables de lui fournir les éléments nécessaires à son fonctionnement métabolique. Le rôle de l'alimentation est primordial car sans nutriments, ton corps ne peut effectuer tous les échanges biochimiques nécessaires à son énergie et à son entretien. Donc à ta vie.

 

Les macro-nutriments (protéines, glucides, lipides) sont des nutriments énergétiques qui représentent 98% de l'alimentation, ils apportent les calories, la fameuse énergie, dont ton corps a besoin.

 

Les micro-nutriments (vitamines, minéraux, oligo-éléments, antioxydants, enzymes, co-facteurs enzymatiques...) sont des nutriments biochimiques qui aident ton corps à s'entretenir au niveau métabolique. Ils n'apportent aucune énergie/calorie et sont présents en très petites quantités (mg ou ml/g, 2 % de l'alimentation). Tous petits mais maousse costauds, ils sont indispensables au maintien de ta vie parce qu'ils assument plusieurs rôles dans la régulation de ta physiologie.

 

Ton corps peut très bien être carencé en micro-nutriments alors que tu te fais de bonnes assiettes 3 fois/jour et que tu penses manger équilibré. Sous nos latitudes, c'est rare de manquer de macro-nutriments. Là où ça pèche, c'est côté qualité. C'est super important que tu comprennes cette "faim invisible", une sorte de malnutrition cellulaire. Dingue quand tu penses aux tonnes de bouffe qu'on a dans nos supermarchés, et dans nos poubelles. Monde à l'envers.

 

Qui dit épuisement dit déminéralisation car les stress pompent beaucoup d'éléments micro-nutritionnels à ton organisme qui les utilisent pour fonctionner au niveau cellulaire en général et faire face aux conséquences physiologiques des stresssss en particulier.

 

Que tes stress soient dus à ton boulot ou au fait que tu manges tous les jours à la cafète de ta boite, c'est la même tambouille, ton corps a besoin de grandes réserves micro-nutritionnelles pour "tamponner" ces stress psychologiques ou physiologiques. C'est-à-dire compenser la production d'hormones de stress par des opérations biochimiques extrêmement précises qui demandent l'intervention des micro-nutriments. Épuisement du corps = épuisement nerveux (système nerveux) = épuisement hormonal (hormones de stress) = déplétion micro-nutritionnelle.

 

Ta nourriture doit pouvoir fournir à ton corps tous les micro-nutriments en qualité et quantité qui font très souvent défaut dans l'alimentation moderne (raffinée, cuite, pasteurisée, irradiée, pesticidée, produits cueillis non matures). En plus de macro-nutriments de qualité, puisque tu as déjà la quantité.

 

Les micro-nutriments donnent leur plein potentiel quand on reconnait leur présence et leur utilité. C'est-à-dire lorsqu'on fait nos courses loin des super-hyper-marchés, qui n'ont de super-hyper que l'ampleur de leur rendement économique. Quand on fait notre marché aussi, chez des cultivateurs qui respectent les lois de la nature, pas celles de la chimie. Quand on fait germer des graines, céréales ou des oléagineux. Quand on consomme les fruits et légumes crus plutôt que cuits. La cuisson dénature les micro-nutriments, la plupart décède du sauna ou du bain imposés. La vapeur douce est la meilleure alternative pour ramollir les fibres sans tuer toute vie micro-nutritionnelle. Saisis à la poêle à feu doux pendant quelques minutes les préservent. Le mieux, c'est cru mais quand c'est trop dur/fibreux à manger, la cuisson douce est nécessaire, on est pas des ruminants non plus; si l'homme des cavernes a découvert le feu, ce n'est peut-être pas un hasard. Ça permet de manger une quantité plus importante comparé au cru et de mieux absorber certains nutriments. La variété des aliments autant que la manière de les préparer est la clef pour potentialiser un apport nutritionnel de qualité, ce qui est perdu en cuit peut être compensé en digestibilité, et ton péristaltisme intestinal t'en remerciera.

 

Sans micro-nutriments, ton corps ne peut pas, métaboliquement parlant, faire face aux stressssss. C'est pour ça que concentrer ton alimentation sur ta ration calorique afin de rentrer dans ton bikini cet été, arborer des abdos de téléréalité ou faire un marathon dans six mois en faisant attention uniquement à tes apports en protéines, glucides, lipides, est une erreur d'appréciation. Tu vas gagner en cellulite même si tu maigris, ta  bouée abdominale ne va pas complètement disparaitre, tu vas crever tes surrénales par manque d'électrolytes sanguins en courant trop longtemps. Tu vas surtout gagner en frustration devant le résultat obtenu et courir punir ton corps à la salle de fitness ou en semi-marathon, ce qui va entrainer encore plus de stresseurs pour lui, et de frustrations pour toi.

 

 

Hyper perfectionné - doué - adapté

Le sport produit du stress physiologique pour ton corps, ce qui se traduit par de l'inflammation, mais c'est un processus totalement naturel: le stress est pro-inflammatoire, aucun souci car ton corps sait faire face à ça.

 

Ton SNA, système nerveux autonome, demande alors à tes glandes surrénales de produire des hormones en réponse au stress (adrénaline/cortisol/noradrénaline), le cortisol se transformant en cortisone, qui a une action anti-inflammatoire. Tout ceci est régulé naturellement, parfaitement, par ton corps, le grand Chimiste, en quelques milli-secondes.

 

L'inflammation est bonne pour la santé à condition qu'elle ne dure pas des lustres sinon cela inhibe les hormones thyroïdiennes responsable du renouvellement de l'énergie, du métabolisme (régulation du froid/chaud) dans le corps, de la conversion de l'hormone T4 en T3. Ça provoque aussi une résistance à l'insuline (chargée de faire rentrer les nutriments dans les cellules qui se retrouvent en manque). Et ça sollicite ton système immunitaire car c'est lui qui envoie des globules blancs pour réduire l'inflammation. Les globules blancs (ou leucocytes) n'agissent pas seulement en cas d'infections, ton système immunitaire est bien plus polyvalent que ce que tu crois! Quand il y a trop d'inflammation du fait de stresseurs chroniques, ton système immu est sur-activé et n'arrive pas à résorber l'inflammation qui devient elle aussi chronique, ce qui occasionne des douleurs dans ton corps. Au final, en cas des stresssss constants et multiples, les systèmes nerveux/endocrinien/immunitaire sont reliés comme les 3 doigts de ta mimine. Y'a aussi le système digestif et d'autres systèmes qui sont impactés par les stress, l'inflammation etc. mais je ne vais pas convier tout le monde d'un coup.

 

Retour à ton régime minceur pour cet été (stress physiologique, ton corps absorbe moins de calories, il est dégouté d'être privé de dessert, toi aussi ça t'énerve car tu as les crocs mais tu veux ab-so-lu-ment! rentrer dans ton bikini); retour au sport à la salle de gym ou en courant tous les jours 10km (stresseurs physiques/mécaniques, tu enchaines les entrainements muscu ou cardio en te regardant dans le miroir après), ce qui amène encore plus de stresssss... Et encore plus de régime/sport pour atteindre tes objectifs, etc. Du coup, l'inflammation grandit, grandit, grandit, proportionnelle à tous ces stresseurs que tu ne penses pas vivre. Si ta détermination à maigrir ou à faire du muscle/marathon continue, et que tu n'as pas assez d'apports micro-nutritionnels de qualité, tes systèmes nerv/endo/immu sont sur-sollicités et les réactions métaboliques qu'ils doivent réaliser pour compenser tous ces stress ne peuvent pas se faire sans bons nutriments en stock dans tes cellules. Vu qu'il y a des fortes chances que ton alimentation ne te fournisse pas assez de micro-nutriments (car tu penses que ce sont les protéines/glucides/lipides les maitres de l'univers nutritionnel), et d'autant plus en cas de régime où tu ingères moins de calories donc encore moins de minéraux que d'habitude, ou si tu ne te reposes pas assez après tes séances de sport, ou si tu as d'autres soucis dans ta life super trépidante, c'est l'escalade des stresssss, de la déminéralisation, de l'inflammation, de la chronicité etc.

 

Tu mesures à quel point c'est facile de cumuler un nombre de stresseurs impressionnants dans ta vie? Ça se fait même de façon tellement anodine que c'en est époustouflant de constater à quel point ton corps s'occupe de ta vitalité et de ton équilibre à chaque minute de ta vie d'adulte hyperactif-plus-que-parfait. Et tous tes systèmes corporels qui sont sollicités, pas que les systèmes nerveux/endo/immu. Je suis restée sur ces trois-là pour faire simple et aussi parce que c'est suffisant pour te montrer à quel point ton corps est merveilleux dans son fonctionnement systémique (qui englobe tout, toutes les fonctions/organes/cellules jusqu'à la plus petite molécule, jusqu'au plus petit oligo-élément). C'est fantastique de découvrir toute cette simplicité, cette étonnante efficacité. Et ton corps fait ça gratos, depuis ton premier souffle, sans vacances, jours fériés, ni week-ends. Il est aussi performant qu'il est humble, il ne te l'avait jamais dit, je parie.

 

Quand on n'est pas stressé en continu, et quand on est tout jeune, il marche super bien, autrement... Cercle vicieux, boucle bouclée. Tout ça pour un bikini, des abdos ou un marathon pour faire ton show devant les copains/copines!

 

Ah j'te jure... Et dire que j'ai fait une année de muscu il y a 10  ans et que je me suis retrouvée au bout de 9 mois avec des muscles de future haltérophile pppffffff... Comparé aujourd'hui à mes cuisses de grenouilles botoxées au yoga, c'est risible. C'est surtout passionnant de découvrir comment le corps peut changer, évoluer, se développer... Ou s'épuiser et rester épuisé pendant des années pensant que rien n'est possible, qu'il est foutu, défaillant, dysfonctionnel, qu'il vieillit. Rien n'est plus faux. Mais quand on n'y comprend rien, le faux peut paraitre vrai et ça peut durer longtemps.

 

Ce n'est pas ton corps qui est dysfonctionnel, il va très bien compte tenu de la situation, il s'adapte superbement en réduisant ta capacité énergétique. Il est fonctionnel jusqu'au bout de ses cellules, jusqu'au bout de sa capacité d'adaptation aux stresssss que tu as vécus et vis sans t'en rendre compte. C'est justement parce ce qu'il est fonctionnel qu'il a déclenché des symptômes et de l'épuisement carabinés XXXXXXXXL, pour préserver du mieux qu'il peut son intégrité énergétique, son métabolisme, et ta vie. Il sait très bien ce qu'il a à faire pour ça, il est équipé pour, chimiquement/métaboliquement/physiologiquement. Ton body est un as de l'adaptation.

 

 

Alimentation vivante et physiologique

Alimentation vivante, par opposition à l'alimentation dénaturée, morte, des supermarchés: tout ce qui est en sachet/boite/brique et qui se conserve des mois... Si c'était vivant, ça moisirait au bout de quelques jours, mais arrosés de conservateurs, pasteurisés (on enlève toutes les bonnes bactéries riches pour le microbiote), irradiés aux frontières, bourrés de pesticides, ça peut tenir longtemps, longtemps, longtemps... Comme le lapin avec des piles dans le dos.

 

Sauf que micro-nutritionnellement, c'est presque aussi pauvre que si tu suçais un caillou.

 

Les industriels adorent te faire croire que ce qu'ils te vendent est bon pour leurs affaires.... Oups, excuse, bon pour ta santé. Ils arrosent leurs aliments inertes de vitamines et minéraux de synthèse (peu assimilables par tes intestins, genre 20%) pour t'hypnotiser avec  leurs paquets marketingués, très joulis, au demeurant. Rien que de les voir, je me reconvertis en toutou et tu peux m'appeler Pavlov. La biodisponibilité (capacité de ton corps à les assimiler) de ces pseudo minéraux n'a rien à voir avec celle des minéraux naturellement présents dans les fruits et légumes qui se sont fait bronzer et qui sortent vraiment, pour de vrai, vraiment, de terre (100% assimilables, la nature est bien faite, hé ouais).

 

Je précise que sucer un caillou, donc un minéral, ne sert à rien contrairement à ce que tu pourrais penser (caillou = nature), car un caillou est inorganique, donc pas vivant (ça meurt pas, un caillou), donc pas assimilable. Sinon ce serait géniale comme solution à la déminéralisation, on aurait juste à aller cueillir des cailloux! Ou manger une soupe de sable. Exception pour l'argile, à consommer allègrement (hello Jade Allègre, mon jeu de mot est naze, je sais), très riche en minéraux et minéraux-trace (oligo-éléments).

 

Pareil pour les compléments alimentaires, peu biodisponibles, qui finissent dans tes toilettes, ce qui rend tes évacuations émonctorielles très couteuses! Autant garder tes p'tits sous pour te faire des jus de légumes super riches en micro-nutriments, ou picoler de l'eau de mer (quinton) très diluée et faire des cures d'argile. Car oui bien sûr of course, les industriels se mettent "naturellement" aux plantes et comme ils sont très doués pour faire leur pub, le secteur des compléments alimentaires marche bien, très bien, ne te fais aucun souci pour eux. Dixit celle qui a dépensé des milliers d'€ en gélules "naturelles"... Icône le cri de Munch, si j'avais su, misère de misère... J'étais désespérée, larmes de mon porte-monnaie.

 

Les indus, ces rois de l'esbrouffe, ont des moyens financiers énormes, ils sont aussi très encouragés par l'état qui filme de jolies propagandes: "manger 5 fruits/légumes pas jour, boire du lait pour avoir des os solides, manger de la viande tous les jours, manger le matin car c'est le repas le plus important de la journée... blablabla." Aucun conflit d'intérêts, bien entendu. Comme pour la cigarette, "fumer est dangereux pour la santé." Non, c'est vrai?!? J'savais pâs. Ce que je sais, c'est que si personne ne fumait, ils ne récolteraient pas des sous. Ils nous prennent pour des truffes et ça marche, surtout si on regarde souvent la tv, un paquet de chips aux crevettes dans la main avant de déguster des miels pops arrosés de lait UHT, issu de vaches déprimées d'avoir au bout de leurs pis des trayeuses plutôt que leurs petits. Elles ont une durée de vie réduite, élevage intensif de la maltraitance. Pauvres animaux, pauvres laits, pauvres humains. Et vice versa.

 

Élevés aux pesticides et aux aliments acidifiants/dénaturés, on est, sources massives de stresseurs physiologiques pendant des décennies pour ton joli corps qui courrait comme un cabri et boulottait comme 4 sans jamais être fatigué quand tu avais 8 ans! Il était tout neuf, faut dire: tu digérais en 1h ce qui maintenant t'en prend 5, tu jouais, rigolais, sautais, courais te cacher en tirant la langue, tu pouffais de rire devant la maitresse, tu faisais la course avec ton cousin... Ton corps se détoxifiait en 15 mn de toutes les merdouilles industrielles qu'il avait ingérées depuis ton petit dej, no prob de santé malgré l'ampleur d'une pauvreté nutritionnelle affligeante de normalité. La joie, le rire, faire des dessins moches que tu ramenais à ta maman qui te disait avec un sourire chaleureux, "oohhh merci, mon chéri!", trouvant ça aussi hideux que touchant, faisait de toi le meilleur art-thérapeute de la planète. Ton collier en pâtes, elle ne l'a jamais porté, au cas où tu aurais oublié. C'est ça qui est chouette avec les gamins, ils oublient, ils s'amusent, ils ne se prennent pas le ciboulot à rentrer dans du 36 ou à vouloir sculpter des tablettes de chocolat sur leur ventre (le chocolat, ça se mange, que ce soit bien clair). Ce qui fait que la plupart des enfants de nos jours ont une super santé, jusqu'à un certain point. En tout cas leurs corps tous neufs tous vivants ont des organes digestifs et un système nerveux qui fonctionnent super bien, et des réserves nutritionnelles qui fournissent de quoi tamponner toute cette alimentation barbare. Un véritable Alchimiste, ton corps, capable de te transformer le plomb des manques de nutriments en or énergétique et métabolique. Prix Nobel en alchimie de la chimie.

 

A déguster tranquillou, à ton rythme, le site Naturolistique.fr et ses articles très intéressants qui expliquent tous ces concepts en détails, et bien plus encore, d'autres notions sur la santé holistique: l'alimentation vivante, la biodisponibilité... Ça vaut vraiment le coup si tu n'as jamais rien lu sur l'alimentation car ça brosse l'ensemble de ce que je trouve important de connaitre.

 

Si tu préfères les vidéos, je te renvoie aux playlists de ma chaine YouTube 'alimentation vivante et physiologique', 'la vérité est déjà en toi', 'physiologie de l'épuisement' et 'ah les intestins...' qui t'en apprendrons pas mal pour commencer sur comment fonctionne ton corps et de quoi il a besoin en terme de nutrition qualitative et quantitative.

 

Au début c'est un territoire nouveau que cette notion d'alimentation vivante et physiologique, de micro-nutrition etc. Tu te rendras compte que tout ce que tu pensais savoir sur l'alimentation et la nutrition relevait de méconnaissances,, dogmes et compréhensions erronés. Tes nouvelles connaissances vont enrichir ta perception de ce qui est réellement nutritif pour ton corps, tu exploreras de nouveaux produits/goûts. Ton champ d'interprétation de ce qui constitue la santé grandira et t'amènera naturellement à aller vers d'autres façons de t'alimenter, sans recourir à la volonté forcenée de faire un régime particulier, sans te frustrer ni te culpabiliser, sans violenter ton corps de tes bonnes intentions. T'as juste besoin de quelques connaissances pour apporter du sens à tout cela, et de comprendre comment fonctionne ton système digestif afin de pouvoir lui apporter ce dont il a réellement besoin, physiologiquement/métaboliquement, pour fonctionner. Sans connaissances, tu es comme une feuille à la merci du vent alimentaire en vogue de moment. C'est pour ça que t'éduquer est primordial, à mon sens, afin d'éveiller ton esprit et de réveiller ton intuition, mère de ton bon sens. Les indus nous vendent des produits parce qu'on leur achète. Le jour où tu arrêtes d'être myope, t'as plus besoin d'acheter de besicles. C'est pareil pour tout dans la vie.

 

Tu comprendras aussi que tu n'as pas besoin de dépenser des sommes folles pour manger vivant et physiologique.

 

 

Tout bio pas tout beau

Je dépense moins depuis que je ne consomme plus des aliments industriels et que j'ai simplifié mon alimentation. Même en achetant bio. Faut pas se leurrer non plus, de nombreux produits bio ne sont pas physiologiques, ça concerne ceux qui coûtent le plus cher en général, les fabriqués/emballés, alors que les produits bruts/en vrac (fruits, légumes, huiles, oléagineux, graines, céréales, fromages, fruits secs, œufs...) sont abordables même si plus chers que dans le commerce traditionnel. Étant donné qu'ils sont très nutritifs, on n'en mange pas des tonnes, ce qui tend à abaisser la note des courses au final.

 

Le bio est mieux que le non-bio mais ne te prends pas la tête avec ça si c'est un frein pour toi financièrement, effectuer quelques changements peut déjà faire la différence. Aller au marché plutôt qu'au pas-supermarché est un premier progrès. Le pépé producteur du marché du coin avec ses légumes tous scregneugneux pas bio a plus de chances de te vendre des produits de qualité que ton magasin bio.

 

Le bio est loin d'être idéal, qui serait plutôt d'avoir à la maison un potager en permaculture ou d'acheter des produits issus de maraichage sur sol vivant (peu connu encore, ça se développera dans les prochaines années). Le bio est aussi un business florissant (pas cons les indus, ils se reconvertissent, les plan-plantes en gélules ne leur suffisent pas). Le bio c'est aussi des fruits/légumes qui poussent hors-sols, hors-saisons, cueillis non matures (ex: les fruits exotiques), restent plusieurs jours en pleine lumière dans les rayons (oxydation des nutriments) et pas local (donc acheminement, donc chaine du froid, donc déperdition nutritionnelle). C'est aussi quelques produits chimiques (ils s'arrangent sur les noms pour faire passer ça), un épuisement des sols (pas de rotation des cultures autant que nécessaire), de l'exploitation des travailleurs sous-payés et non-déclarés qui ne parlent pas la langue des légumes qu'ils cultivent. Pauvres terres, pauvres légumes, pauvres humains. Et vice versa.

 

Et ki cé ki trinque? Ton système digestif, précisément ton microbiote intestinal qui n'a pas son taf de macro-nutriments (en qualité) et micro-nutriments (en qualité et quantité) pour faire tourner la boutique et compenser tous tes stresssss de la vie moderne. Si en plus tu te chopes une cystite et que tu engloutis comme des tic-tac les antibiotiques prescris par ton doc (anti-bio = anti-vie, une sorte de chimio pour ton biotope qui désingue les bactéries méchantes/pathogènes qui te font mal quand tu fais pipi), aïe aïe aïe pour ton écologie intestinale... Au bout de quelques jours, t'es content quand tu vas aux toilettes sans savoir que ton traitement a shooté aussi des milliards de gentilles bactéries qui se nourrissent et se régulent les unes les autres pour faire fonctionner ce merveilleux écosystème qui te permet de vivre et de te défendre des crobes (mi, de son prénom). Et que tu auras d'autres cystites à l'avenir, cé kado.

 

Ton corps est constitué à 90% de bactéries et seulement à 10% de cellules. Et toi qui croyais que les bactéries étaient baaaahhh-c'est-sale! et qu'il fallait les supprimer tout le temps à coup de javel/produits ménagers pour rendre toute surface comme le crâne de Mr Propre. Parce que Pasteur l'a dit aussi, au début de sa carrière. Il a reconnu à la fin de sa vie que Claude Bernard avait raison: "le microbe n'est rien, le terrain est tout", ce qui signifie que si les populations bactériennes de ton microbiote sont bien équilibrées, les virus/champignons/bactéries peuvent venir te chatouiller que tu n'éternueras pas, ni ne choperas la gastro de ta femme, ni la grippe de ton fils, ni la mononucléose de ta collègue de travail. Trop fort, Néstôr.

 

Parce que ton terrain intestinal est aussi ton terrain immunitaire... Et que ton nerf vague envoie des infos de ton ventre à ton cerveau quand il y a soucis, inflammation, perméabilité intestinale, flore pathogène etc., dus à une alimentation acidifiante/peu physiologique/peu qualitative, à des prises de médicament ou à des stresssss (on les retrouve toujours, eux). Et que l'inflammation de tes intestins enflamment ton cerveau qui se retrouve dans le brouillard. Et que ton système nerveux passe par ton système endocrinien pour essayer de réguler tout ça. Et que les globules blancs de ton système immunitaire s'occupent de l'inflammation qui arrive dans ton corps, notamment dans tes tripes qui n'en peuvent plus... Et que ton brouillard cérébral commence tellement à te faire flipper que tu penses avoir la maladie d'Al Capone (pardon, Alzheimer)... Et que tu as fait trop de régimes sans gras dans ta vie (on t'a répété toute ta jeunesse que les graisses étaient mau-vaises-à-la-san-té), mais tes neurones ont absolument besoin de bons gras pour cogiter et se reproduire, tout comme ton système endocrinien pour créer des hormones ou tomber enceinte... Et parce que le cholestérol est soi-disant mauvais-baaahhh et que tu as continué de réduire ta conso de gras en gobant des médocs anti-cholestérol (une des arnaques médicales)... Et ça continue. Tout est lié, systèmes nerveux/endocrinien/immunitaire/digestif... Avec tous les autres aussi (circulatoire, lymphatique, musculaire, squelettique, respiratoire, reproducteur, urinaire). Tu as saisi l'image d'ensemble, j'espère. Y'a du monde au balcon, c'est merveilleux!

 

Ça te dit un bout de pizza industrielle réchauffée au micro-ondes?

 

Maintenant, tu es pitêtre en train de te dire qu'il faut que tu revisites ab-sol-lu-ment! ton alimentation, tout stressé de boire du lait UHT élevé hors-sol en serres. Relaxe, respire, arrête de te culpabiliser de manger ce que tu manges, c'est pas bon pour ton SNA. J'ai pas envie que tu te fasses un crash après avoir lu mon article.

 

Attends un peu de lire le prochain épisode: Alimentation 2/2 : qu'est-ce qu'on mange?

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    jenny (lundi, 09 décembre 2019 13:52)

    j'ai la chance d'avoir un conjoint qui cuisine. En hiver, c essentiellement de la soupe le soir par exemple. On ne mange quasi jamais de plats industriels. Hâte de lire ton second articles. Peut être que je pourrais trouver des exemples de menus ou une journée type pour une alimentation riche en de bonnes choses.

  • #2

    jenny (lundi, 09 décembre 2019 13:54)

    c vrai que tu nous fais des romans �