Comment fonctionne ton SNA (système nerveux autonome)

 

Le stress est la réponse du corps à une contrainte physique (effort, température, blessure...) ou psychologique (émotions, pensées) qui active le SNsympa (système nerveux sympathique) pour s'adapter à la contrainte (loi de l'homéostasie, le corps recherche toujours l'équilibre en toute chose et en tout temps). Le SNsympa est activé quand tu ressens un stress positif ou négatif, il est designé pour y faire face, quoi qu'il arrive.

 

Le stress entraine la production par les glandes surrénales d'adrénaline/cortisol/noradrénaline. Le cortex surrénal (partie périphérique des glandes) produit le cortisol et le transforme ensuite en cortisone. Celui-ci a différents effets physiologiques:

anti-inflammatoire stéroïdien (bloque l'inflammation), immunosuppresseur (supprime l'immunité), résistance à la nutrition (limite la production d'insuline, limite la sécrétion d'enzymes digestives, ralentit le péristaltisme intestinal, ce qui occasionne des problèmes de digestion et d'assimilation), ralentit la thyroïde (production hormonale altérée, ce qui fait baisser le métabolisme, tu produis et brûles moins d'énergie, tu es tout le temps frileux).

 

Si un ours fonce sur toi avec l'air féroce tous crocs dehors, ton SNsympa (il est sympa car il veut que tu survives coûte que coûte) va te faire prendre tes jambes à ton cou pour fuir. Si tu pensais pourvoir te battre avec l'ours, ton SNsympa te ferait combattre. Mais là, non, t'es pas Jackie Chan, tu rejoues plutôt Forest Gump...

 

Au fond de toi tu sais que tu ne peux pas lutter alors ton cerveau reptilien (survie de l'espèce, procréation) te suggère fortement de fuir à toute vitesse. Tu pourrais aussi bien t'immobiliser de frayeur, une tétanie temporaire due au stress, ce qui ferait croire à l'ours que tu es déjà mort et qu'il n'a plus besoin de t'attaquer pour se défendre ou te croquer.

 

Cette immobilisation pourrait te sauver la vie si l'ours n'a pas très faim ce jour-là et qu'il décidait alors de passer son chemin maintenant que tu ne représentes plus aucun danger. Tu "dégèlerais" ensuite de cette tétanie salvatrice et récupérerais en quelques minutes l'usage de tes muscles et de ta lucidité. Pour partir te mettre à l'abri, on sait jamais, si l'ours changeait d'avis.

 

Pour ce qui est de fuir, ton corps va se donner un max de chances pour disposer de toute l'énergie nécessaire: il donne la priorité à tes muscles et à ton cœur (assurer l'oxygénation et la circulation sanguine de tes membres inférieurs), en général à tous tes sens et organes pour te permettre de sauver ta peau. Afin de répondre à cette urgence vitale, ton corps met en stand-by tous les processus qui lui prennent de l'énergie et qui ne sont pas vitaux à cet instant précis: ta digestion (pas le moment de digérer quand un danger est là), ton immunité (pas le temps non plus de s'occuper des virus, ils attendront), ton renouvellement cellulaire, ta détox (pas le temps de réparer les tissus, d'éliminer les cellules mortes, d'aller faire pipi etc.).

 

La priorité des priorités est de fuir, rien d'autre ne compte. Ton SNsympa est spécialisé dans ce mécanisme d'adaptation ponctuelle très perfectionné qui a permis à l'être humain de survivre depuis le début de l'humanité. Ton corps et toute sa physiologie sont élaborés pour s'adapter à un instant T à un évènement stressant (l'ours qui veut t'attaquer) en te faisant fuir, lutter ou t'immobiliser (fuir, dans ce cas-là). Si tu réussis à t'échapper, ton Système Nerveux Parasympathique (repos - récupération) prend le relais pour te détendre, tu te remets de tes émotions en soufflant un bon coup et tous les processus de ton corps laissés en stand-by pour te permettre de fuir peuvent maintenant reprendre.

 

Le SNparasympa recommence à fonctionner: ton système digestif s'occupe de la salade composée saumon-avocat-champignons que tu as mangé ce midi, ton côlon se détend et tu as envie d'aller aux toilettes, ton cœur ralentit ses battements, ta circulation lymphatique convie des déchets aux organes émonctoires, ta peau répare la petite coupure que tu t'es faite hier... Tu fais même une petite sieste car cette course t'a bien vidé.

 

 

Le SNA dit basta!

L'impact des stress est systémique: surpresseur de l'immunité, favorise l'inflammation, les problèmes digestifs et hormonaux, crée des tensions musculo-articulaires, engendrent des problèmes auto-immuns et cognitifs... C'est à se demander ce qui n'est pas impacté. Rien, en fait. Tout dans ton corps est potentiellement impactable, en fonction de tes fragilités physiques/métaboliques/physiologiques/psychiques. Et de la créativité du corps qui a plus d'un tour dans sa manche pour se manifester via des symptômes dont la liste est aussi longue que la muraille de Chine.

 

En cas de stresseurs chroniques, le SNsympa est sollicité en permanence et le SNparasympa ne peut plus s'actionner en regard. Le repos et la régénération de ton organisme ne sont plus assurés régulièrement. Le corps est fait pour gérer les stresseurs quand ils arrivent et s'arrêtent, pas lorsqu'ils deviennent continus, sinon ton corps reçoit de la part de tes surrénales des shoots d'adrénaline et cortisol non-stop, ce qui induit des dommages collatéraux systémiques sur le long terme. Il est bourré le pauvre, trop de stresssss.

 

Avec la pression de la vie, les responsabilités, les exigences, toutes sortes de stresseurs psychologiques plus que physiques arrivent: c'est rare d'être face à un ours dans le monde d'aujourd'hui ou de devoir affronter tous les jours le risque de perdre sa vie. Les stresssss sont bien plus d'ordre physiologique (hygiène de vie, alimentation, pollution) et psycho-émotionnels que de survie réelle. Mais pour le cerveau, et le SNA, l'effet biochimique est le même.

 

Que ce soit un ours ou le sentiment d'impuissance et de hantise que tu ressens du fait de la maladie, du parcours médical éprouvant, de tes difficultés financières, personnelles, professionnelles, quoi que tu vives, c'est pareil.

 

Les stresssss de ne pas trouver de médecins ou traitements aidants, la peur de la maladie incurable, l'angoisse de ne pas comprendre ce qui t'arrive ni les symptômes de ton corps, le sentiment d'isolement, la perte de repères et d'autonomie, sont autant des stresseurs internes physiques, émotionnels et mentaux qui conduisent ton SNsympa à monter dans les tours et à y rester, alimenté en permanence par toutes tes détresses quotidiennes (toujours plus de stresssss ajoutés chaque jour). Ta vie n'est pas en danger mais ton corps réagit comme si elle l'était en permanence, situation pas viable pour ton organisme qui se met en mode 'sécurisation' pour préserver son intégrité et le peu d'énergie nerveuse qu'il te reste.

 

Tout ceci revêt d'un mécanisme de protection, de survie même: ton corps veut vivre! II ne veut pas que tu t'épuises jusqu'à la mort, ce qui se passerait s'il te laissait continuer ta vie comme si de rien n'était, à vivre sous haute tension continue! Ton corps est tellement merveilleux d'intelligence qu'il s'est doté d'un SNA super bien foutu: tes niveaux de stresssss montent dans les tours jusqu'à un certain point où ton SNA préfère actionner le disjoncteur plutôt que de courir le risque d'un court-circuit général (= cramer toute ton énergie nerveuse > toi mourir). Ton corps, ton SNA, te protègent en définitive, en mettant en berne ton fonctionnement hyper énergivore (catabolisme incessant de tes réserves énergétiques qui n'ont pas le temps de se reconstituer). A un moment donné, ton organisme pressurisé de tous les côtés dit STOP, ça suffit comme ça, temps mort!

 

L'intensité de tes stress devient trop importante à gérer pour ton énergie nerveuse disponible. Car tout revient à l'énergie nerveuse (du système nerveux, qui fait fonctionner ton corps dans son ensemble). Et si ton énergie nerveuse n'est pas suffisante, cela dépasse la capacité adaptative de ton corps qui n'a plus d'autres solutions que de produire des symptômes et maladies pour alerter ton attention et limiter les dégâts déjà créés depuis pas mal d'années. Merci à Thierry Casasnovas pour toutes ces compréhensions, tu verras dans ses vidéos il explique tout ça très bien.

 

Le SNA est particulièrement créatif dans son expression symptomatique. Il peut très bien se manifester via des acouphènes, des vertiges, de l'hypotension/hypertension, l'hypoglycémie/hyperglycémie, des palpitations, des malaises vagaux, des céphalées de tension, des troubles cognitifs, de l'hypersensibilité sensorielle/chimique, des problèmes digestifs/immunitaires/musculaires/endocriniens... La liste de ses capacités à t'informer qu'il est trop sollicité est immense, il ne lésine pas sur le nombre ou l'intensité des symptômes. Quand je te dis qu'il est créatif...

 

 

S'en balancer

Comment diminuer les stress? L'opposé direct, c'est le repos. La relaxation du corps autant que celle de l'esprit sont fondamentales pour rééquilibrer le fonctionnement du SNA, éviter d'enclencher le SNsympa pour une broutille et réapprendre au SNparasympa à récupérer de l'énergie. Le repos en lui-même ne suffit pas si tu cogites à fond les manettes ou si tu vis des émotions douloureuses en boucle (peur, colère, culpabilité, mépris, rancune, remords...) car ton organisme ne risque pas d'arriver à se détendre complètement même si tu passes 12h/j sur ton lit.

 

Tout ce qui produit de la détente va dans le sens de la régularisation des fonctions systémiques ton corps et précisément de la normalisation de ton SNA -  ton organisme a ça en lui (homéostasie, auto-régulation naturelle).

 

Toutes les activités qui te procurent de la joie et du réconfort sont à favoriser, en fonction de ta capacité énergétique bien sûr. Si tu as assez d'énergie pour prendre un bon bain chaud, sortir quelques minutes dehors, prendre le soleil ou simplement la lumière du jour, te faire masser (même 10mn), peindre, dessiner, bricoler (même 5mn)... Des endorphines (sérotonine et dopamine) sont sécrétées lorsque tu vis et fais quelque chose qui te fait plaisir.

 

Le contact avec autrui (personnes, animaux) est nourricier et réconfortant, à justes doses: voir un ami, appeler quelqu'un (même 12mn). Ça entraine la production d'une hormone, l'ocytocine, produite par la glande pituitaire (hypophyse) qui est un antidote au cortisol: elle fait baisser les hauts niveaux de stress. La relation à autrui est très énergivore, surtout avec les personnes avec lesquelles tu ne te sens pas à l'aise, compris, écouté, où quand tu as l'impression de faire des tas d'efforts pour être accepté. La teneur de tes relations est un bon indice de ce qui te ressource ou te vampirise. Tout dépend aussi de la durée de l'entrevue, du nombre de personnes présentes (plus il y a de monde, plus c'est stressant physiquement, émotionnellement, sensoriellement), du lieu (ça rajoute du stress quand tu sors de chez toi car tu perds tes repères), de comment tu t'y rends (à pieds, en voiture, si tu conduis ou non), s'il fait très froid ou très chaud etc.

 

Il s'agit pour toi de déterminer ta capacité énergétique, qui dévoilera tes limites. Ton corps t'indique toujours ce qui est tolérable (même si tu ressens des symptôme/mpe - malaise post-effort) et ce qui est trop (push, ce qui provoque un crash après). Tout est une question de durée/intensité/fréquence dans toutes tes activités, physiques, cognitives, sensorielles.

 

L'auto-guérison se fait dans la relaxation et l'écoute, il ne suffit pas d'utiliser ta volonté pour bien manger, faire de la médiation ou de la respiration, bouger de façon appropriée. Ton corps sait ce qu'il a à faire, ok, il a tout en lui pour faire son job d'homéostasie, ok, mais il a besoin que tu lui procures la tranquillité physique autant que la paix de l'esprit, la confiance, l'état d'esprit résilient, le ressenti émotionnel, afin de procéder à la régulation de ton SNA.

 

Si tu parviens à te détendre suffisamment, à lâcher la peur de toutes tes conceptions sur la maladie, il pourra opérer tous les processus de récupération d'énergie tel qu'il est designé pour le faire depuis la nuit des temps. C'est ça la magie du Vivant et de la vie en toi (comme dirait Thierry), il est autonome pour faire cela tout seul comme un grand. Nul besoin de pilules, d'interventions médicales ou chirurgicales qui agissent plus comme effets placebos que comme cure définitive. De toute façon, il n'y a pas de traitement pour le tampon 'EM/SFC' alors autant essayer autre chose...

 

Tu n'es pas malade, ton corps n'est pas défaillant. Tout diagnostic médical trouvera un élément physique ou biologique pour te dire que tu as une maladie.

 

Effectivement, ton SNA giga stressé peut modifier le fonctionnement métabolique de ton corps, il est donc évident de trouver si tu cherches bien des marqueurs biologiques réels (problèmes hormonaux, auto-immuns, candidose, épuisement surrénal, troubles cognitifs, digestifs...) mais ce sont des conséquences plutôt que les causes.

 

Traiter les symptômes est une illusion, ça ne sert à rien hormis à perpétuer ta croyance que ton corps est défaillant, que tu es atteint d'une maladie grave et que tu ne peux rien y faire. Le sentiment d'impuissance que tu ressens inévitablement inhibe ton passage à l'action (tu penses ne pouvoir rien faire pour améliorer ta santé, et tout sur internet te prouve que ta vie est fichue - sauf moi!), rien de pire pour déclencher encore ton SNsympa comme si tu ne cessais de croiser l'ours toutes les 10mn (finalement, il est affamé depuis 7 jours et trouve que tu ferais un bon miam).

 

Je répète: ton corps n'est pas malade, défaillant, tu n'es pas malade, tu es hypersensibilisé nerveusement. Ton SNA a subit trop de stresssss et a préféré tirer la sonnette d'alarme plutôt que tu exploses en vol. Quand tu as quelque chose de cassé, ton corps se répare tout seul (coupure, jambe fracturée etc.). Il sait faire, et ce pour tout bobo mais aussi pour toute fonction métabolique/organique si on lui en donne les moyens (cf médecine holistique). La seule manière de régénérer ton SNA, c'est en te sortant de la tête l'idée bien conditionnée que tu as une maladie incurable, génétique, inconnue blablabla... Et c'est en sortant de ta tête pour te recentrer sur le présent, ton hygiène de vie, la qualité de tes relations (avec toi-même aussi), la qualité de tes pensées, sur ce que tu ressens émotionnellement... Même si à première vue tu n'as pas envie car tu préfères aller regarder une série sur netflix (allez, je t'ai vu! moi aussi t'inquiète).

 

La fuite de ton intérieur n'est plus à l'ordre du jour si tu veux guérir. C'est de la rencontre avec toi-même que tu tireras le plus d'enseignements et de présence pour permettre à ton corps de guérir. Il ne suffit pas de te relaxer, de bien manger, bien dormir, bouger un peu mais pas trop, d'avoir des loisirs à justes doses. Je sais, je me répète... Mais c'est la répétition qui m'a permis de comprendre des choses, par imprégnation des vidéos essentiellement et des livres lus, ce qui a modifié ma perception de la santé, de la notion de soi-disant maladie, et de la vie globalement.

 

C'est comme ça que j'ai réussi à sortir de l'inhibition de l'action pour agir en accord avec les principes du vivant. Encore une ref à Thierry, c'est que je lui dois une fière chandelle à ce gars-là! S'il n'existait pas, faudrait l'inventer. C'est grâce à lui que j'ai commencé à lâcher la peur de la soi-disant maladie, à prendre confiance en mon corps et en moi pour agir, quelles que soient les difficultés que j'ai rencontrées (nombreuses) et les crashs (nombreux, on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs).

 

Écrire commentaire

Commentaires: 6
  • #1

    Lou (vendredi, 29 novembre 2019 14:10)

    Bonjour Caroline
    C'est de la rencontre avec toi-même que tu tireras le plus d'enseignements et de présence pour permettre à ton corps de guérir. OK OK OK !!! Une phrase à encadrer !
    C’est vrai qu’il est sympa le père Casas. Il a quand même dit qu'on pourrait faire repousser un bras coupé, comme la queue d’un lézard. Et quelques autre choses du même genre. En plus c’est un roi du marketing. Pourtant, une fois les pépins enlevés ce brave Thierry reste un fruit délicieux et bourré de vitamines… Moi aussi il m’aide beaucoup.
    Jean-lou

  • #2

    Marie-Eve (vendredi, 29 novembre 2019 14:47)

    Merci beaucoup, de mettre des mots sur ce que l’on vit au quotidien ( EM ) en rendant le tout positif. J’aime beaucoup le ; tu es hypersensibilisé nerveusement. Je trouve que c’est bien dit et que ça résume très bien le EM. Je pense la même chose, le corps humain est fantastique.

  • #3

    Caroline (vendredi, 29 novembre 2019 17:25)

    salut Jean-Lou,
    bien sûr qu'on peut faire repousser un bras coupé en buvant beaucoup de jus de légumes, on peut même changer la couleur des ses yeux (tu choisis ce que tu veux tant qu'à faire)... tu savais pas? vive le 3ème degré!
    il a bien raison de faire du marketing pour en vivre, après avoir passé des années à faire plus d'un millier de vidéos gratuites, il aurait tort de s'en priver! y'a pas de honte à gagner de l'argent, il a aidé des centaines de milliers de personnes. pas certaine qu'un médecin pourrait dire la même chose dans toute sa carrière.
    c'est vrai qu'il est bourré de vitamines, un vrai ressort sur pattes! il me fait bien rire, à chacun de prendre ce qu'il a envie, on est pas obligé d'adhérer à 100% à tout ce qu'il dit mais ce serait dommage de se priver d'un esprit libertaire et créatif comme le sien qui défonce avec joie les plafonds de verre.


    bonjour Marie-Eve et merci.
    oui, fantastique, étonnant, tout comme la vie, c'est dingue ce qu'on découvre quand on arrête de vouloir tout contrôler.
    bonne continuation pour détendre ton SNA :)

  • #4

    Céline (dimanche, 01 décembre 2019 09:25)

    J'adore le ton de ton article ! Et concernant le fond, je suis à 100% d'accord avec toi (euh... ce n'est pas nouveau). Quand je vois ce que je suis capable de faire quand je suis super détendue, reposée et cool (capable de danser 2 concerts à la suite - été 2018), oui je l'affirme mon corps n'est pas cassé. Pour info à ceux qui ne me connaissent pas : j'ai un EM/SFC depuis 2014.
    Aujourd'hui je prends mon temps, je fais ce qui me plait : je suis une formation 2 jours par mois, je me lance dans un projet artistique et du bénévolat. Et je construis tranquillement mon projet de vie qui correspond réellement à ma nature. Merci à l'EM/SFC de m'avoir permis de me poser les bonnes questions et de m'avoir aidé à trouver un sens à ma vie.
    Encore merci à toi Caroline !

  • #5

    Isabelle DEMONET (dimanche, 01 décembre 2019 12:28)

    Super ton article Caroline.
    Merci.
    Je te rejoins sur le pouvoir de l'auto guérison mais le chemin est long et je pense qu'après cette étape d'Em/Sfc nous devenons intelorante au stress à vie. Qu'en penses tu ?
    Bises et à bientôt.
    Isabelle.

  • #6

    Caroline (dimanche, 01 décembre 2019 14:35)

    merci Céline pour ton message, c'est super de voir ton évolution et comment tu prends la vie! très bonne inspiration pour autrui. tu as su tirer profit de ce temps imposé de repos pour regarder ce qui t'empêchait de réaliser des choses en fonction de ta nature. tu as compris la sagesse de l'expérience, bravo! continue ainsi, bises :)


    hello Isabelle, très intéressante ta question, je n'avais jamais songé à voir les choses ainsi... selon moi, non, c'est justement parce que nous devenons comme intolérants aux stresssss que nous développons la soi-disant maladie. notre SNA est fait pour gérer des stresseurs de toutes sortes mais pas de façon continue, à un moment il est débordé par le taf et n'en peut plus, donc les stress s'accumulent et continuent de le stresser encore plus. boucle bouclée, cercle vicieux de l'épuisement et des symptômes enclenché. quand on comprend ça, on comprend que tout dépend de la dose/durée des stress et de ce qu'on peut faire pour écoper le trop-plein. le stress n'est pas un ennemi à abattre, notre physiologie est faite pour s'y adapter. aller mieux, guérir, montre seulement cette capacité naturelle, autonome, en train de se normaliser, une sorte de régulation du SNA qui retrouve sa fonction première normale. on ne devient pas intolérant à vie, on rééduque son corps à faire face aux stress, on retrouve et développe la capacité d'adaptation de notre corps qui se renforce de cette manière, comme un muscle. j'espère que ça répond à ta question.
    bises à toi :)