EM/SFC: craquage en bonne et due forme

 

Putain de vie. Attention, vidéo déprimante, je te préviens!

 

Y'a des jours comme ça... Grosses larmes et verbiage énervé.

 

Diatribes envers les administrations, les médecins et les psys. Allez hop, tout l'monde dans l'même panier cathartique - remplir mes cases à moi, me défouler.

 

T'inquiète, je vais survivre, c'est juste un crash de plus!


Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    jean-lou.balat@wanadoo.fr (lundi, 27 août 2018 15:22)

    Bonjour choupette
    Je ressens juste le besoin de te dire que… C'est vraiment difficile putain ! … J'ai vécu des moments aussi difficiles que toi. Le bout du bout quoi que non puisque je suis encore là pour écrire. Ce que j'ai à te dire ne va pas te plaire. EMSFC mon cul ! Il faut te méfier des définitions sentencieuse et réductrices. Tu est déjà assez dans la peine. IL n'y a pas de mots, pas de sentences à t'infliger. L' EMSFC t'enferme dans un ghetto. A tu remarqué a quel point ne rien faire fatigue ? Dans ta tête il se passe des milliers de choses : Flux d'images, émotions, discussions, analyses, explications engageant un travail cérébral énorme. A tu remarqué que agir n'est pas forcement plus fatigant. A tu remarqué qu'un évènement choquant genre une gifle, une panne de voiture, la nécessité d'aider quelqu'un qui vient de se faire mal devant toi redonnait de du peps au lieu de fatiguer encore plus… Parce que tout simplement il se produit alors une déconnection. J'avais inventé un truc pour me sortir des sables mouvants. Un jeu de dé. Un dé à 20 faces. Sur une feuille de papier, j'avais inscrit de 1 à 20 des actes auxquels me consacrer et même des émotions, des sentiments auxquels je devais coller. Par exemple : écrire ou marcher, en urgence ou doucement, ou en rêvant ou avec ardeur, joie, colère, innocence. Ce genre de truc fait travailler la plasticité synaptique. Je me suis aperçu au bout d'un certain temps qu'l fallait choisir des émotions plutôt reposantes et agréables. Mais on peut le faire avec des émotions pas sympas genre colère ou tristesse. Je suis assez kamikaze mais pas maso. Le principe du jeu est cruel car il faut se sortir de son inertie. Des fois je le faisait en rampant. Au final ça m'a beaucoup mais alors vraiment beaucoup aidé.
    J'espère t'avoir aidée a mon tour. C'est une drôle de thérapie, je sais mais essaie avant de jeter cette proposition dans la poubelle des bizarretés.
    Si tu essaie il faut le faire avec beaucoup de courage. Il y a du boulot.
    By choupette !

  • #2

    Caroline (lundi, 27 août 2018 17:22)

    Hello Jean-Lou,
    Eh oui, pourquoi pas, si ta thérapie incongrue et créative fonctionne, que demander de plus? La plasticité synaptique, t'as vu juste, il s'agit d'entrainer nos neurones et synapses à fonctionner autrement que ce à quoi ils sont habitués. Du coup tu as retrouvé de l'énergie avec ton jeu de dé?
    L'EM/SFC est une étiquette, parce qu'il en faut parfois pour fonctionner dans le monde et avoir une reconnaissance médicale par ex. Les étiquettes ne sont que des panneaux indicateurs, pas qui nous sommes. Certains malades sont tellement accrochés à leur étiquette, tellement identifiés à leur maladie, qu'ils ne veulent/peuvent pas guérir. Mais les étiquettes, c'est comme sur les flans en petits pots, tu les retires et tout lâche, aha!
    Merci pour ton message étonnant ;)

  • #3

    jean-lou.balat@wanadoo.fr (mardi, 28 août 2018 09:54)

    Bonjour Caroline

    Pour répondre à ta question: Est ce que mon jeu de dé incongru et créatif m'a apporté de l'énergie : OUI,OUI, OUI,OUI !!! Notre vie n'est pas la seule réalité. Il existe des réalités alternatives que l'on peut créer avec un simple jeu de dé. Quand on est épuisé, parfois, il faut jouer à quatre pattes ou en rampant. Il faut abandonner tout sentiment de gravité et prendre la vie comme un jeu en effet.

    Je ne suis pas un gourou californien. J'ai juste ressenti le besoin de te faire profiter de mon expérience parce que ta douleur m' a touché..

    Jean-Lou

  • #4

    Caroline (mardi, 28 août 2018 14:17)

    Tu as raison Jean-Lou, ça aide d'expérimenter la vie comme un jeu. J'aime bien voir la vie comme une création de chaque instant, ça m'aide pour être présente.
    Merci pour ton partage et très bonne continuation à toi!