Emotions & épuisement chronique: redevenir sauvage!

Les émotions font partie de notre humanité. Sans elles, on ne serait que des robots. Notre éducation et la société nous ont souvent renvoyé qu'elles étaient malvenues, nous jugeant puériles/ridicules/faibles voire hystériques si on les exprimait.

 

Petit, c'est tout juste si on nous autorisait à pleurer, à crier, à hurler de joie, nous enjoignant sans cesse de nous contenir et de nous calmer, pour preuve de notre bonne éducation. Du dressage, la plupart du temps, ouais.

 

Concrètement, les "pleure pas", "tais-toi", "c'est rien, c'est pas grave, t'as pas mal", "fais pas ton bébé" sont monnaie courante dans le dressage émotionnel. Je n'ai jamais entendu un parent dire à son enfant: "hurle!", "vas-y, pleure autant que tu veux!", "frappe les coussins!" pour l'aider à EXPRIMER l'énergie émotionnelle qui le traverse. Jamais. Dommage, bien CANALISÉ, c'est très utile et sain.

 

Je ne te parle même pas du dressage mental/psychologique que tu as SUGGESTIVEMENT intégré durant ton enfance, sous les flèches invisibles d'injonctions culpabilisantes telles que: "fais plaisir" (= sois pas égoïste, fais passer les autres avant toi), "sois gentil" (= t'as pas le droit de ne pas avoir envie d'être gentil), "sois fort" (= encaisse mon gars/ma cocotte, ne pleure pas), "dépêche-toi" (= tu es trop lent, bouge-toi), "arrête de faire ton intéressant" (= pour qui tu te prends là?)... Et autres délicatesses PRESCRIPTRICES de la peur/honte/culpabilité d'être toi qui t'ont mis la pression petit et que tu CHARRIES inconsciemment comme un grand toute ta sainte (satanée) vie.

 

Mais tu es BIEN ÉLEVÉ, c'est ce qui compte. Tes parents sont fiers de toi, ils peuvent t'exhiber sans culpabilité, te présentant aux yeux de la société comme fonctionnel. Dans un monde qui tourne carré, le fonctionnel devient vite dysfonctionnel mais le formatage est tellement immense et évident que tout le monde en est aveuglé. Ils t'ont bien dressé, donc. Brave bête. Tout comme ils ont été bien dressés/conditionnés à TAIRE leurs émotions et à se SOUMETTRE aux autorités diverses et variées (leurs parents, professeurs, médecins, patrons etc.) pour PREUVE de leur sociabilisation. Prêt à rentrer de plein pieds, plein de vitalité, dans la vie active/sur-active.

 

Ouarf. Une grande farce que tout cela, du bon matériau pour futures thérapies, CONDUITES moutonnesques /victimaires en tous genres, + accumulation de stresseurs émotionnels qui s'ajouteront aux stresssss multiples de la vie adulte qui ne manqueront pas d'advenir. Et, cerise sur le cheese-cake, une maladie hors-norme inconnue des brigades médicales pour fêter tant d'inconscience et d'ignorance. Bravo, on peut applaudir des mains et des pieds, c'est merveilleux de limpidité!

 

La société a PEUR des émotions - tes parents aussi, sinon ils ne t'auraient pas aussi bien dressé. Ils s'en sont pris probablement plein la tronche, peut-être même plus que toi à une époque où la maltraitance physique était la moindre des politesses pour bien éduquer son enfant (sponsorisé par martinet & co). Avant que Dolto n'arrive, c'était la bérézina à la maison, sans risques de sanctions judiciaires vu que cela se passait bien au chaud dans le foyer. C'est tellement facile de taper des PETITS entièrement dépendants, incapables de prendre la poudre d'escampette ou de porter plainte. Même après Dolto, les plus inconscients (ou les plus blessés) n'ont pas compris comment faire autrement et ont perpétué, fidèles à leurs ancêtres refoulés/dressés, toutes sortes de maltraitances/négligences. Incapables d'accéder à leurs propres émotions (les douloureuses et toutes les autres, les non-autorisées par la bien-pensance coincée du uc et celles censurées par la police du regard des autres), ils ont projeté leurs souffrances sur leur progéniture et étouffé leur véritable expression personnelle sans savoir qu'ils instituaient dans la psyché de leurs enfants les mêmes difficultés qu'eux-mêmes avaient rencontrés. Cercle vicieux, quand tu nous tiens. Et certains se demandent encore pourquoi il y a tellement de violences dans la société, tellement de conflits dans le monde. C'est tellement évident que c'en est triste/marrant.

 

Constipation émotionnelle de haut vol = hypersensibilisation du SNA

Les émotions non exprimées au quotidien ou réprimées depuis longtemps ne disparaissent pas parce qu'on ne les voit/ressent pas ou qu'elles ont 10-30-50 ans d'existence. Bé non, ton p'tit corps ENREGISTRE tout dans ses cellules (ressentis et sensations, physiques autant qu'émotionnels) et dans ton super disque dur interne: ton inconscient.

 

C'est d'ailleurs une de ses fonctions majeures: mémoriser tout. Pas de jugement, il garde tout, le bon comme le pas bon, l'agréable comme le désagréable. Pas compliqué, l'inconscient. Plutôt consciencieux et bosseur, rien ne lui échappe, la moindre de tes émotions, le plus petit mouvement d'humeur.

 

Le tout chapeauté par ta psyché. L'inconscient a ses codes de bonne conduite, le Parent en toi (cf onglet 'l'inconscient') tout comme ton conscient a des codes de bonne conduite, le 'syndrome de la bonne personne'.

 

Quand comme toi on est devenu un PRO de la résistance et des apparences, une MACHINE à faire, à RÉPONDRE  aux attentes extérieures, et à NE PAS ressentir les douleurs de ton corps que tu penses malade (il est juste HYPER-épuisé par tant d'incompréhensions qui ont régit ta vie), ou à ÉVITER de ressentir les douleurs de ton esprit (tant de difficultés à vivre malgré tes nombreux efforts pour t'adapter au monde), l'inconscient est GAVÉ en permanence de nouvelles émotions qui se rajoutent à celles de ton HISTORIQUE de vie. Ta conscience est un peu endormie car on ne lui a jamais appris à l'école/à la maison/au travail comme ça fonctionne un être humain avec des émotions, des pensées, des comportements, des croyances, une psyché, un corps... Même les psys et thérapeutes ne savent pas te l'expliquer, alors... Pourtant tu passes des années à payer leur maison secondaire, même rien ne change positivement dans ta vie émotionnelle. Quand on ne sait plus à qui se vouer...

 

Tu es loin d'être bête mais toute ton éducation n'a fait que ça: te faire devenir hamster pour courir le plus vite possible dans la roue de la performance/bonne figure en réponse aux attentes extérieures. Il y en a qui croient encore que le QI intellectuel est le seul signe d'intelligence, avec pour preuve le portait-robot que tu présentes à tes entretiens d'embauches (ton CV). Quid du QI émotionnel, QI intuitif, QI créatif? Ah ben non, on n'a pas ça en stock, dixit l'éducation nationale des esprits en boite, on veut juste faire rentrer au chausse-pieds le plus d'infos inutiles dans les crânes vides de tous ces incultes de n'enfants! En plus, faut qu'on les dresse (pardon, les punisse) s'ils ne se comportent pas comme on veut (docile, bien sage, assis au bureau-pas bouger-pas parler, rapporte la ba-balle).

 

 

L'AFFLUX émotionnel douloureux dû à tes soucis de santé est CONSTANT, ce qui STRESSE énormément ton SNA et continue de déclencher la spirale infernale des symptômes.

 

Parce que tout ce que tu as lu/entendu sur La maladie te vient de sources déprimantes/pessimistes et que tu ne peux même pas te tourner vers la médecine pour trouver des solutions.

 

Tu CROIS que tu as une maladie INCURABLE alors que non, ton organisme a vécu/vit une surcharge NERVEUSE qui ne peut trouver aucune résolution tant que tu ne comprends pas comment ton corps-esprit fonctionne, et tant que tu continues de mobiliser toute ton énergie nerveuse (physique/émotionnelle/mentale) à ne pas ralentir/ne pas écouter/ne pas ressentir tes pensées/émotions de toutes natures et à vivre constamment dans la peur. Tu as tellement APPRIS à AVOIR PEUR de ce que tu vis/ressens et à sur-cogiter pour tout contrôler dans ta vie... Ce n'est pas de ta faute, l'éducation était faite pour te CONDITIONNER ainsi. Ce n'est qu'une question de conditionnement.

 

La bonne nouvelle c'est que tu peux apprendre à te conditionner AUTREMENT. Ton espace émotionnel n'est pas dangereux, tu peux tout à fait FRATERNISER avec tes émotions pour savoir quels sont leurs besoins et comment leur répondre au mieux. Elles ne sont pas tes ennemies, elles sont tes AMIES. Tu comprendras que ce sont uniquement des FACETTES de toi qui te traversent, pas toi-qui-tu-es, et qu'elles cachent souvent des BLESSURES. Pour avoir une vie/santé de belle qualité, tu n'as pas besoin de les contrôler ni à d'en avoir peur. Bien au contraire. Elles ne demandent qu'à être entendues/acceptées/câlinées, ce qui permettra à l'énergie émotionnelle bloquée de se débloquer. Car les émotions sont des ÉNERGIES!

 

TOUT ce que tu retiens émotionnellement affecte ton énergie VITALE, qui est bloquée, circule mal, voire très mal, en cas d'épuisement extrême.

 

Alors, redeviens SAUVAGE, déconditionne-toi, lâche en LIBERTÉ tes émotions! Elles te le rendront...

 

 

 

 

 

 

A lire: les onglets 'l'inconscient' et 'hypersensibilité'

 

 

Article dans le blog:

 

Conditionnements éducatifs & neuroplasticité

 

Curiosité & inspiration, clefs de voute du changement

 

Bouge ton corps 1/2: réanimation sensorielle

 

EM/SFC: un peu de tout 5

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0