Vie - Santé multidimensionnelle

Physique - émotionnelle - mentale - spirituelle

C'est une toute nouvelle vision globale de la vie/santé, doublée d'une hygiène de vie plus adéquate à la physiologie de ton corps, secondée par un état d'esprit proactif et une vie émotionnelle équilibrée, qui te permettront de retrouver la pleine vitalité. Car la soi-disant maladie n'arrive pas par hasard, toc toc, un beau matin.

 

 

La "maladie" ne pointe pas son nez parce qu'on est super zen dans sa vie, qu'on sait se reposer, qu'on sait respirer et faire des activités physiques douces pour dénouer les tensions qu'on ne manque pas d'accumuler, qu'on sait respecter nos besoins/limites et dire"non", qu'on sait s'entourer de relations nourrissantes et avoir des activités épanouissantes, qu'on sait manger de manière à ce que notre corps digère facilement des aliments de très bonne qualité nutritionnelle...

 

Elle ne débarque pas non plus parce qu'on a des pensées tolérantes et compatissantes envers nous-mêmes ou les autres, qu'on se fait confiance et qu'on s'estime vraiment, qu'on s'aime intégralement, qu'on accepte de ne pas tout contrôler, qu'on ne rumine jamais le passé ni appréhende l'avenir, qu'on a une attitude spontanée et curieuse envers la vie, qu'on se fit à son ressenti et à son intuition, qu'on se permet d'être authentique même si l'extérieur désapprouve...

 

Non. La soi-disant maladie apparait parce qu'on a la tête dans le guidon, qu'on ne sait pas écouter son corps ni s'en occuper, qu'on ne sait pas le nourrir sans bâfrer 80% de produits merdiques industriels, qu'on est sans cesse dans sa tête, qu'on veut toujours en faire plus et aller vite tout le temps, qu'on pense plus à faire qu'à ressentir, qu'on manque de joie et d'épanouissement, qu'on veut tout contrôler, être super-performant-plus-que-parfait, qu'on ne s'aime pas assez en demandant aux autres de nous aimer, qu'on ne sait pas être juste soi sans exister aux yeux des autres...

 

 

Le processus vers la guérison holistique est formateur et révélateur en cela qu'il nous pousse à remettre en question nos comportements et habitudes sur tous les plans pour en adopter d'autres plus bénéfiques à notre santé/vie. C'est un travail de conscience, de présence à soi, de réassurance, pour "guérir". En réalité, donner au corps les conditions nécessaires à son auto-guérison, à laquelle participe l'esprit.

 

 

On obtient les résultats en fonction de ce que l'on fournit comme boulot - encore fait-il savoir comment bosser.

 

Fastidieux, douloureux, énervant, sans aucune reconnaissance ni performance. Mince alors, c'est tout un modèle sociétal qui se casse la bobinette: recherche du plaisir, de rémunération, d'immédiateté, de performance, de validation extérieure... Terrifiant aussi, quand on se rend compte à quel point on est conditionné à panurgiser dans la vie pour correspondre aux cases de la société.

 

Stimulant, passionnant, éclairant, on découvre des zones de soi qu'on n'aurait jamais imaginées, des ressources insoupçonnées, des joies intérieures bien plus enrichissantes que tout ce que l'extérieur peut nous fournir. C'est merveilleux, magique, époustouflant. Libérateur surtout, quand on découvre la puissance de notre autorité intérieure et la capacité créatrice qui pioncent tranquillement en nous.

 

Il n'y a que toi pour l'effectuer, ce job. Un processus. Un chemin de vie, une exploration. De la spéléo existentielle. Aucun médecin ni aucun médicament au monde ne peut te faire retrouver la santé car elle ne dépend pas d'un produit extérieur: elle provient de l'intérieur, et elle s'effectue de manière multidimensionnelle, c'est-à-dire qu'elle se crée sur les plans physique, émotionnel, mental et spirituel. Ils sont tous reliés et interagissent les uns avec les autres constamment, sans aucune séparation ni hiérarchie. Tous les plans comptent.

 

 

Le corps a lui aussi un fonctionnement systémique: tous ses systèmes (nerveux, lymphatique, circulatoire, digestif, endocrinien, musculaire, squelettique, respiratoire, reproducteur, urinaire) agissent en harmonie les uns avec les autres. Rien n'est séparé dans le corps, tout fonctionne de concert. Quand la cacophonie s'installe, ce n'est pas en prenant une pilule de synthèse pour ceci ou cela, ou une gélule de plantes, que cela rétablit l'équilibre/homéostasie d'un organe ou d'un système.

 

Faut être crédule (couillon? j'ai été très couillonne) pour le croire, et pourtant c'est le conditionnement dans lequel nous baignons tous depuis notre plus tendre enfance.

 

Ton corps n'est pas juste un bout de viande, une machine à tout faire dont tu t'aperçois l'utilité lorsqu'il cesse de fonctionner comme tu as l'habitude. Dont tu peux te faire couper un bout de ceci ou cela quand ça dysfonctionne. On joue à docteur Maboule, là, du grand n'importe quoi! Ton corps est un élément vivant d'une extraordinaire complexité et intelligence, capable de réaliser des milliers d'opérations métaboliques par heure, et ceci pendant des décennies, sans jamais s'arrêter. Aucune machine au monde aussi perfectionnée soit-elle n'est capable de réaliser un dixième de toute cette beauté.

 

 

Malgré toute ta volonté, tu ne peux pas retrouver la santé sans développer plus d'écoute et de présence, de conscience de tes pensées, de tes ressentis corporels et émotionnels. Apprendre à ne rien faire, respirer, être juste là ici et maintenant... Ton pire cauchemar si tu as couru toute ta vie après... Après quoi d'ailleurs?

 

Ce qui se passe dans ton esprit (psyché: conscient/inconscient, mental/émotionnel) aussi agit de façon systémique: ce que tu penses/ressens crée d'autres pensées/émotions en cascade, ce qui impacte ton corps, qui a son tour impacte ton esprit (ou ta tête, selon l'expression de chacun, même si cela a une connotation négative genre 'maladie mentale').

 

Le psycho-somatique va de pair avec le somato-psychique: la maladie n'est pas dans l'esprit (ta tête fonctionne très bien, ton cerveau aussi) mais c'est stupide de dire ça car la tête fait partie du corps (au sens strict, physique) et l'esprit influence le corps (au sens sensible/subtil). Ce qui se trame dans l'esprit s'exprime dans le corps et réciproquement. Le corps et la tête ne font qu'UN (évidence physique), le corps et l'esprit sont UN aussi (psychiquement/sensiblement reliés), la physique/physiologie et la psychologie sont liées comme deux doigts de la main. Psycho-biologie, ou bio-psychologie, psycho-physio-biologie, ou bio-psycho-physiologie... On peut jouer avec les mots, dans n'importe quels ordres c'est valable, tu comprends le concept. Même psycho-neuro-immunitaire: tout ce qui t'anime intérieurement joue sur tes neurones (neuroplasticité) et influence ton immunité, c'est reconnu scientifiquement.

 

 

Il n'existe pas de maladie seulement dans la tête ou seulement dans le corps. C'est impossible car rien n'est séparé dans l'être humain. C'est pour ça qu'on parle de lien corps-esprit, ou esprit-corps, dans l'approche de la médecine holistique: c'est une boucle où tout élément renvoie de l'information au reste de l'ensemble. Rien n'est séparé, je répète, tout est relié sur la boucle, tout communique. On met juste des étiquettes "tête - pensée - psyché - mental - esprit" et " corps - ressenti - émotion - sensation " pour séparer les choses afin de les comprendre.

 

 

La médecine holistique (mind-body medecine) prend en compte cette communication corps-esprit permanente qui est affectée par les stresseurs vécus sur tous les plans pendant la vie: physique, émotionnel, mental, spirituel. Comme ces stress multiples ont des effets sur la boucle esprit-corps, quand on n'en a pas conscience et qu'on est pris dans le rythme exigeant de la vie, ça signifie qu'il est possible de renverser ce processus de stresssss grignoteurs de vitalité, créateurs de douleurs et d'épuisement chroniques.

 

Ils impactent le système nerveux autonome (SNA) ce qui affecte l'ensemble du corps en créant des symptômes erratiques (voir l'onglet 'EM/SFC? > stresssss'). Le corps a bien un souci physique, pas question de remettre en question cette réalité! Corps-esprit ne signifie pas que la maladie est dans la tête, ça signifie que le corps n'est pas une entité séparé de la tête. Et la maladie est d'origine nerveuse, issue du dysfonctionnement du SNA qui a trop donné dans la sur-adaptation chronique (un 'syndrome des stresssss' pourrait-on dire pour faire simple).

 

C'est la plus grande confusion que j'aie eue à comprendre puis à déméler, j'ai mis du temps à relier tous les éléments. Au final, c'est très clair.

 

Donc il est possible de "guérir", c'est-à-dire rééquilibrer le fonctionnement nerveux de l'organisme, ce qui rééquilibrera les fonctionnement corporels dans leur ensemble - les divers symptômes qui viennent (cadeau!) avec l'épuisement. Tout comme il est possible de "tomber malade" en premier lieu (par ignorance et inconscience de notre vie holistique, de la physiologie du corps, du lien corps-esprit) ou de "rester malade" (par peur, manque de preuves qu'on peut guérir, manque d'accompagnement, d'autonomie, de compréhensions, conditionnement médical, croyances limitantes concernant la vie/santé etc.).

 

Il n'y a pas de hasard, pas de chance ni de malchance. Il n'y a pas de maladie non plus. Tout est très logique sur le plan holistique, et fonction de ta compréhension globale de la vie/santé, je répète: sur les plans physique, émotionnel, mental, spirituel. La maladie en tant que telle n'existe pas vraiment, c'est un concept issu de la médecine allopathique qui n'appréhende pas le corps dans son ensemble, avec l'esprit. Donc, nul besoin de guérir, puisque la maladie n'existe pas... Il s'agit d'auto-guérir.

 

Bis encore: la soi-disant maladie n'est que l'expression d'un long processus passé inaperçu de stresseurs de toutes sortes, et d'un manque de présence qui impacte le corps en dernier, touchant aussi l'esprit (ou la tête): n'ayant pas bien nourri/reposé ton corps, pas écouté la teneur de ton mental ni ressenti ton corps ou ton émotionnel, n'étant pas assez présent, n'ayant pas assez d'activités/relations joyeuses et pleines de sens, ça a finit par stresser tellement ton SNA que cela affecte la physiologie de ton corps et le fonctionnement de ta tête (ou esprit, choisi ton mot), les deux faisant un ping-pong pour se dire "ça va pas bien là, SOS, tu peux m'aider!?!"

 

 

La "guérison" consiste à procéder au phénomène inverse qui a permis à la soi-disant maladie de se créer, sur les plans physique (alimentation, action, repos, sensation), émotionnel (ressenti, expression, libération), mental (conscience, connaissance, concentration, clarté), spirituel (amour de soi, lien aux autres, au monde, présence, connexion, sens). C'est de l'auto-guérison.

 

Simple, en définitive. Une question d'équilibre, de présence, de compréhension des dimensions de l'être humain et de la vie qui s'opère en nous. Que du bon sens. Une guérison holistique, pas physique, mais qui joue sur le physique en passant par l'émotionnel, le mental et le spirituel.

 

J'ai dit "simple", pas "facile". Avec les tonnes de conditionnements sur la vie/santé, la victimisation en bandoulière, le panurgisme, le refoulement émotionnel et la peur qui nous ont formatés dès le berceau (et encore plus pendant la soi-disant maladie), le besoin compulsif de vivre sa vie dans les cases comme on tiquerait une liste de courses, on peut mettre des années pour comprendre à quel point c'est simple.

 

Parce qu'être présent, écouter, ressentir, comprendre comment on fonctionne au niveau holistique, on n'a pas trop l'habitude dans ce monde de oufs qu'on s'est créé pour devenir des adultes bien sages, bien sérieux, polis et propres sur nous, qui faisons bonne figure, refoulons nos émotions, ramenons des bonnes notes/promotions pour qu'on s'aime/qu'on nous aime, prenons sur nous comme preuve de notre adulterie, nous enlisons dans des relations tièdes comme preuve de notre loyauté... La liste du 'syndrome de la bonne personne' est infinie, je le connais bien personnellement.

 

Être autonome et responsable, penser par nous-même, vivre spontanément, avec créativité, indépendamment du sens normal-normé du fleuve socio-culturel, cultiver la joie et la simplicité, rire souvent, s'amuser à faire des choses qui ont du sens et qui nous nourrissent, non plus.

 

Pourtant c'est possible. Ça s'apprend, tout s'apprend, quel que soit l'âge! On est créateurs. Tu peux créer ce que tu veux, maladie ou santé. C'est toi qui décides ce que tu feras de ta vie/santé sur tous les plans. C'est toi l'acteur, en plus du créateur. Tu t'auto-crées, comme tu peux t'auto-guérir. Parce que tu es puissant.

 

Non mais.