Ressentir pour libérer

Ecologie émotionnelle

Une bonne hygiène émotionnelle implique de vivre les émotions pour les digérer plutôt que de les gérer. On sent nos émotions avec/dans notre corps: j'ai une boule au vente quand je suis anxieux, j'ai la gorge serrée quand j'ai peur ou que je suis en colère, j'ai un poids sur les épaules quand je me sens abattu, j'ai le cœur lourd quand je suis triste, je me sens coupé en deux quand je reçois une nouvelle dramatique... Notre corps nous parle de multiples manières. Entre la gorge et le ventre, ressentir.

 

Les émotions réprimées créent un climat constant de stress qui actionne le processus "fuir - lutter - s'immobiliser" du SNsympa car elles stressent l'organisme au niveau inconscient (le SNA est autonome, il fonctionne sans le concours de ta conscience ou de ta volonté cf onglet 'stresssss').  La seule façon de se débarrasser des émotions douloureuses est de se laisser traverser par elles, de les ressentir, acceptant leur présence autant que leur intensité, sans jugement, culpabilité et encore moins contrôle.

 

Les émo réprimées viennent des peurs d'être une mauvaise personne "je ne veux pas être en colère et ressembler à ma mère" qui nous poussent à les refouler pour ne pas ressentir une émotion douloureuse et inconfortable. mais tu n'es pas tes émotions, tu les ressent juste, c'est tout. les réprimer ne les fait pas disparaitre comme par magie, au contraire elle sont toujours aussi active mais au niveau inconscient, ce qui est bien plus délétère pour ta santé que le fait de reconnaitre que tu es en colère ou triste ou honteux puis de passer à autre chose. La reconnaissance des émotions contribue à cesser d'alimenter l'inconscient. réprimer contribue inévitablement à un débordement à un moment donné, l'inconscient devant trouvé une voie dérivative pour exprimer ce que tu ne veux pas ressentir consciemment. Donc il utilise le corps et crée des symptômes (épuisement et douleurs) via ton SNsympa hyper activé par tout ce trop-plein émotionnel. La répression est un processus inconscient protecteur pour les émotions que tu juges inaceptable selon ton éducation (c'est pas bien d'être jaloux, c'est pas beau d'être en colère, tu es vilain, c'est moche de bouder, t'es pas gentil) et que tu repousses pour ne pas avoir une mauvaise image de toi.

 

Les émo réprimées automatiquement dans  l'inconscient parce qu'elles sont vues comme dangereuses, inacceptables selon l'éducation, la morale.

 

Les émotions irrésolues sont celles dont tu as conscience qd tu vis qqch de désagréable dans ton quotidien mais que tu ne veux pas voir et pousse en dehors de ta zone de confort, tu ne te permets pas de les ressentir parce qu'elle te font peur

 

Les émotions-velcro auxquels tu t'accroches car tu ne veux pas lâcher ton passé, pourquoi tu es si amer, en colère,  triste, par rancune, désir de vengeance, haine, que tu n'arrives pas à te pardonner ni pardonner aux autres et qui te boulottes ton énergie vitale.

 

les émotions-geysers, celles que tu vomis sur les autres qd tu te défoules sur eux, criant, exprimant ss cesse avec intensité ta colère ou ta frustration, ce qui amène ensuite culpabilité d'avoir agit ainsi.

 

Les sensations physiques donnent des indices concernant tes émotions. Penser à ce que tu ressens est , ressentir n'a rien à voir avec le fait de penser. On ne pense pas nos émotions, on les ressent. rester dans le mental, c'est-à-dire penser "je suis triste" et activer la réflexion "parce que ceci... cela..." éloigne du ressenti et active les chemins neuronaux d'expériences passées douloureuses (cf onglet 'neuroplasticité'). Pas besoin de savoir le pourquoi d'une émotion ou de plusieurs, ni de te culpabiliser 'je ne devrais pas ressentir ça' car tu es humain, alors donne-toi cette permission de l'être pleinement, avec toutes les facettes que cela comporte (pas seulement les jolies ou celles dont tu es fier).

 

Maison d'hôtes, accueillir les émotions comme des visiteurs pour les laisser s'exprimer. Les ressentir, reconnais-tes, câline-les, respecte-les, écoute-les puis laisse les partir. S'isoler tranquillement pour les ressentir, quelques minutes suffisent, quelques secondes avec de la pratique. Ça prend du temps quand on n'a pas l'habitude et quand on n'arrive pas à être présent, toujours tourné vers le passé (rumination, regret, honte, culpabilité, remords) ou le futur (peur, angoisse, appréhension).

 

S'accrocher à une émotion la rend durable dans le temps, il s'agit de la ressentir puis de la "laisser partir", lâcher prise sinon la rumination prend la place et intensifie la durée de vie de l'émotion. Sortir de la rumination, du rétro arrière (le pare-brise est plus grand pour regarder devant).

 

Les émotions ne sont pas toi, elles viennent et elles repartent, elles passent si elles sont ressenti et acceptées pleinement. Visiteurs, pas aggresseurs de l'extérieur dont tu dois te protéger. C'est sécure et sain de ressentir les émo, pas de danger, même si tu les trouves moches ou violentes. tu es humain, elles représentent ton humanité sous de nombreuses facettes. n'en aie pas peur, si content de savoir ce qui se trame en toi, ce qui te traverse, aie confiance en tes émotions, elles t'apportent de précieuses infos sur comment tu te sens à un instant T, et puis c'est tout. Ça ne signifie pas que tu vas te sentir tout le temps ainsi, sauf quand tu réprimes et ne veux pas amener la lumière de ta conscience sur ce que tu ressens, seul moyen pour dissiper l'ombre. il n'y a aucun danger, aucun risque à ressentir, aucune honte ou culpabilité à avoir des visiteurs que tu trouves moches ou désagréables. ce sont juste des visiteurs, pas qui tu es.

 

 

Ressentir une émotion et l'exprimer sont deux choses différentes: la première est intérieure, l'autre est extérieure. Conséquence sociale pour la deuxième, tt dépend de la personne en face, si elle est capable de te comprendre, d'écouter. toute émotion n'est pas bonne à exprimer, surtout si tu le fais agressivement, en les vomissant, ou si la personne en face n'est pas capable de les recevoir. Ressentir dans l'espace privé de ton intériorité suffit à écoper le débordement de l'inconscient et déstresser le SNA.

 

t'as pas besoin d'exprimer toutes tes émo à ton entourage, ta vie n'a pas besoin d'être parfaite pour aller mieux, ni de ne plus être en contact avec des personnes toxiques surtout dans ton entourage proche, tant que tu opères cette écologie émotionnelle qu'est la reconnaissance et le ressenti de ce qui te traverse.

 

la persévérance sst la clef, jour après jour, petit bout après petit bout, pour apprendre au cerveau que c'est ok de ressentir, sortir de la résistance.

 

cocoone-toi ensuite, utilise la gratitude pour sortir de ton état émotionnel et apprendre à ton cevreau à voir les belels choses dans ta vie. Tu lui apprends aussi à comprendre que tu peux t'occuper de tes émotions et qu'il n'a plus besoin de passer par le corps pour les exprimer (neuroplasticité).