L'inconscient, protecteur du corps-esprit, activateur du SNA

Les pressions de l'Adulte en toi (la personne sérieuse/responsable qui fait des choix pragmatiques/raisonnables - principe de réalité) et du Parent en toi (le garant du respect de ta bonne-tenue/des lois - principe de perfection) mettent ton inconscient hors de lui, celui-ci étant directement lié à l'Enfant en toi (qui veut se faire plaisir et n'avoir aucune responsabilités/lois à respecter - principe de plaisir).

 

Ton terrain de réactivité aux pressions/stress a été préparé dès ton enfance... Non seulement on t'a éduqué/formaté étant petit, mais ça continue à l'âge adulte: encore des frustrations et stresssss de toutes sortes, bon sang, ça ne peut plus durer!

 

Socialement ce n'est pas correct de se comporter comme un enfant qui pique des crises ou dit tout ce qu'il pense, ainsi le processus qui consiste à encaisser les stresseurs internes/externes en refoulant leur teneur émotionnelle (l'impact qu'ils ont sur toi) s'enclenche et remplit le réservoir de l'inconscient (cf onglet 'hypersensibilité').

 

Le REFOULEMENT n'a pas uniquement une CAUSE sociale, tu refoules aussi ce que tu juges INDIGNE de ton image de toi (celle que tu tiens à donner) ou qui te parait trop DANGEREUX car tu n'as jamais appris à RESSENTIR tes émotions (peur de la puissance émotionnelle en toi, culpabilité de ce que tu penses de ceux que tu aimes et qui ne manquent pas de te faire enrager, > tu aimerais bien les étrangler de temps à autre). Pas politiquement correct = pas acceptable dans ta ZONE de conscience, donc tu refoules parce que franchement ça se fait pas de vouloir assassiner ceux que tu aimes. Même ceux que tu n'aimes pas, comme ta patronne autoritariste par ex. Tu veux être une BONNE PERSONNE, à tout prix.

 

Alors tu réprimes. Tu sers les fesses/dents, tu souris, tu prends sur toi, tu forces/pousses ton corps comme tu as toujours fait, avec toute ta volonté d'ADULTE sérieux/serviable/gentil/travailleur. Ben ouais, comment faire autrement dans une société qui promeut la politesse, la gentillesse, la générosité envers autrui? (C'est paaaas bien d'être égooiïïsste, t'es pas symppaaaa....) Et la performance, la rapidité, le matérialisme comme JAUGE de valeur personnelle? Tu prends sur toi parce que tu ne sais pas que ce que tu ressens est HUMAIN et que tout le monde le ressent. Tu te comportes en adulte performant bien élevé/bien conditionné à ne pas t'écouter (ni ton corps, ni tes émotions), à cogiter sans cesse, te jugeant sans cesse aussi.

 

L'exténuation prend du terrain pour un rien, les douleurs se réunissent en force et la valse joyeuse de l'épuisement/des symptômes peut commencer/continuer! On ne change pas une équipe qui perd, voyons. Tant qu'on n'a pas compris comment ça fonctionne un corps-esprit et l'inconscient d'un être humain...

 

 

Pourtant, la RÉPRESSION émotionnelle est un phénomène absolument naturel et sain, c'est une partie intégrante du fonctionnement psychique de chaque être humain, rien à voir avec une maladie mentale.

 

C'est pourtant une grande confusion que l'on fait, OPPRIMANT/NIANT les ressentis émotionnels comme s'ils étaient des vilains brigands qu'il faille enfermer à double-tour/à perpétuité. Par PEUR de la force de tes pulsions ET jugements de tes émotions. Mais tu ne deviens pas un sociopathe parce que tu as envie de passer ton fils par la fenêtre ou de poignarder ta belle-mère. Un véritable sociopathe l'aurait fait et n'en aurait senti aucune once de culpabilité, son inconscient aurait pioncé comme un charme la nuit suivante! C'est pas lui qui aurait eu de quoi développer un "SYNDROME des STRESSSSS" plus tard, oh que non. Toi, tu es plutôt du genre à te culpabiliser pour un rien, à t'en vouloir pour une broutille, et à faire fuir le sommeil devant ton imperfection supposée: tu es une mauvaise personne, jamais assez bien/assez aimable/assez performante/assez parfaite.

 

Le refoulement, cette belle STRATÉGIE de protection de ton inconscient qui souhaite préserver ton INTÉGRITÉ... Oh il sait que tu as peur de ressentir tes émotions car tu les perçois comme trop violentes/PUISSANTES et que tu ne penses pas pouvoir les gérer (logique, t'as pas eu d'exemples non plus, donc danger pour ton hippocampe + ton hypothalamus + ton amygdale, présents dans ton CERVEAU LIMBIQUE, siège de tes émotions et réactions comportementales).

 

Tout le monde présente cette fonction régulatrice/protectrice de l'inconscient, même les personnes heureuses et en bonne santé. Tout le monde refoule la majeure partie des choses/évènements/émotions non ressenties/autorisées socialement, ça gagne de l'ÉNERGIE, de la MÉMOIRE VIVE dans le ciboulot et ça préserve l'ÉGO.

 

Le hic c'est lorsque le refoulement atteint des sommets et que l'inconscient n'a plus d'autre stratégie pour continuer de te protéger que celle de FAIRE PARLER ton corps via toutes une cohorte de manifestations extraordinairement créatives, les symptômes.

 

Tu ne verras pas deux personnes avec les mêmes symptômes et intensités que toi. Même chez n'importe qui de pas malade, pour un souci donné, untel aura mal au dos, une autre aura des migraines, une telle présentera des problèmes digestifs, un autre fera une dépression...

 

Pareil pour les maladies chroniques, les TAMPONS donnés par la médecine ne cessent de se rajouter au fil des décennies car le corps a énormément d'imagination pour exprimer tes NON-DITS/ses maux. Il a tellement DE NOUVEAUX  tampons depuis 50 ans c'est dingue! Tous les syndromes et autres maladies 'orphelines' - PAS RECONNUES, on sait pas d'où-qu'elles-viennent-celles-là...? A tel point que certains médecins ne connaissent même pas les maladies que leurs patients viennent leur annoncer, feuille de diagnostic médical à l'appui: "Doc, j'ai (possessif: fier comme un bar-tabac, tampon de victime officielle) l'EM/SFC... QUOI, vous connaissez PAS... !!!???!!!..." Outrés, les deux.

 

Ce n'est pas le refoulement par lui-même qui crée des problèmes, après tout c'est un phénomène naturel que l'organisme sait réguler, comme tous les stresseurs qui font partie de la vie. Impossible de ne pas en avoir, le SNA est là pour faire le job et le fait très bien en temps normal. Sauf quand ça dure des années/décennies. Surtout si les pressions de la vie et celles que tu te mets sur le dos par exigences envers toi-même ne sont pas compensées par suffisamment de repos et surtout de plaisirs/satisfactions/épanouissements: l'équilibre CONTRAINTES/PLAISIRS est CRUCIAL pour préserver ta santé sur tous les plans.

 

Ton inconscient peut encaisser pas mal de choses, comme ton SNA, mais à un moment, la légèreté, la paix de l'esprit et la joie de vivre sont nécessaires à ta bonne santé. Y'a pas à tortiller du derrière en marche arrière, faut que tu t'éclates et te détendes un minimum dans ta vie pour aller bien! Tu as besoin d'avoir des NEUROHORMONES d'ocytocine/dopamine/sérotonine qui couratent dans ton sang, pas que de l'adrénaline/cortisol en shoots permanents. Physiologiquement, c'est pas tenable!

 

C'est donc parfaitement en lien avec ton fonctionnement endocrinien et ton cerveau (limbique plus précisément, même si tout ton cerveau est impacté par ta neuroplasticité de speedé/stressssssé de la vie en fonction de tes pensées/émotions, cf onglet 'neuroplasticité'). L'inconscient/la psyché, le cerveau/la neuroplasticité, les neurones/les hormones, tout est relié, c'est tellement magnifique quand tu comprends ça!

 

L'oppression systématique des émotions jugées inconvenantes (par toi, la société, tes parents) crée des stresssss colossaux à terme sur ton SNA (autant que si tu te faisais 10km de course-à-pieds tous les jours en enchainant avec le boulot sans te donner assez de repos), ce qui impacte ton corps-esprit en créant symptômes et soi-disant maladie.

 

 

Quand l'expression émotionnelle ne peut pas passer dans ta conscience, elle passe par ton corps ou ton esprit, parfois les deux en même temps. C'est la PSYCHO-SOMATISATION, ou le SOMATO-PSYCHISME.

 

C'est aussi simple que ça, pas besoin de faire des études de bio/de psycho pour le comprendre. Le corps et l'esprit trouvent toujours une alternative pour s'exprimer et préserver ta santé physique/psychique autant que possible. Toujours. Que ce soit le corps qui impacte l'esprit, ou l'esprit qui impacte le corps, qu'importe. L’œuf ou la poule, tout est relié.

 

Quand tu as du mal à capter ses appels à l'aide, l'inconscient débordé ne trouve pas d'autres solutions plus adéquate. Il a tout essayé avant, le physique et le psychique sont les éléments qu'il peut utiliser pour te faire comprendre qu'il est en plein débordement et qu'il en a marre de cette vie stressante et/ou pas suffisamment plaisante/marrante, surtout si tu as subi des TRAUMAS dans ton enfance/vie adulte (accumulation d'émotions/blessures/rage narcissique, stressssss pour le SNA).

 

"Bon sang, quand est-ce qu'on va se relaxer et se marrer un peu?!?" qu'il te dit! Son message est finalement à ton avantage, il veut que tu aies une belle vie épanouissante, pas trop stressante, en tout cas pas continuellement.

 

C'est là que c'est merveilleux, quand tu comprends que rien n'arrive PAR HASARD dans ton corps et que ta psyché est aussi de la partie. RIEN A VOIR pour autant avec une quelconque MALADIE MENTALE, tout se goupille sainement, logiquement... Au cas où tu ne le saches pas encore!

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0