Tu as le tampon 'EM/SFC' ?

Ton système nerveux est sur-épuisé, big time

C'est à n'y rien comprendre au début. C'est ça qui est drôle quand tu commences à te renseigner sur internet pour comprendre pourquoi les médecins ne comprennent rien à ton état de santé. Y'a pas d'explications, pas de solutions non plus. Pas de logique à tous ces symptômes et à cette exténuation hors-normes, pas d'espoir de guérir (mot jamais vu en français dans mes recherches, quand j'étais au plus mal et que je cherchais encore des "solutions" sur internet). Tu as le sentiment de vivre dans un film d'horreur au fil des mois/années. Plus tu fais de démarches pour comprendre, te soigner et t'en sortir, plus tu t'agites dans les sables mouvants de la médecine allo?!?-pathique. Et plus tu t'enfonces.

 

 

Ça fonctionne comme un corps? Franchement, tu ne sais pas trop, tu ne t'es jamais posé la question, cela n'avait pas lieu d'être dans ta réalité hyperactive remplie de responsabilités et d'exigences. Tes parents t'ont éduqué à manger équilibré, à ne pas faire la fête trop tard pour bien dormir, à faire de l'activité physique éventuellement.

 

La base. Qui ne suffit pas vu ton état, et tu te sens perdu tout seul parmi une nébuleuse d'analyses médicales qui ne détectent "rien de significatif" au pourquoi du comment tu te sens vidé en permanence, avec des pics d'activités suivis de gouffres de repos "non-récupérateurs".

 

Tu prends des drogues médicales (autorisées par les autorités spécialistes des maladies) et auto-prescrites (excitants divers: café, sucres, plantes) pour te booster et continuer à fonctionner comme tu peux au boulot et en société. Ça aggrave ton état de santé, ton système nerveux est sans cesse stressé et ne redescend jamais, ta digestion peine de tant de substances non physiologiques que ton corps doit détoxifier, ton sommeil s'en ressent, ton moral fait des yoyos pas joyeux... Tu penses à prendre des anti-tout: anti-douleurs/-dépresseurs/-inflammatoires/-biotiques/-spasmodiques parce que tu as toujours cru que le dieu de la médecine occidentale avait tout dans son infirmerie pour te remettre sur pieds comme par magie avec des molécules de synthèse. Sauf que ça marche pas. Pour retrouver de l'énergie, y'a pas de gélule anti-fatigue, basta.

 

Alors tu tentes tous les trucs non-allopathiques, les médecins dits alternatifs, non conventionnels: les naturopathe/ostéopathe/acupuncteur/hypnothérapeute/énergéticien/guérisseur/magnétiseur/phytothérapeute... Certaines techniques t'épuisent encore plus, des crashs monumentaux. D'autres peuvent t'amener du confort, un peu d'énergie mais ça ne tient pas dans la durée. C'est dingue ça, avec tout ce que tu fais, tu as tenté et dépensé des pépettes en pagaille avec des résultats approximatifs qui ne tiennent pas sur le long terme, il reste quoi alors? Un miracle, mettre des pierres sur tes chakras, aller voir un chamane en Amérique Latine? Rentrer en transe cognitive en fumant de l'herbe (moins cher qu'un billet d'avion)? Contacter un médium pour parler à tes guides spirituels, aller voir dans ton karma, remonter à ton ancêtre guillotiné?

 

Un corps épuisé signale un esprit épuisé, mentalement, émotionnellement. Tu n'es pas juste un corps, tu es un être sensible, très sensible, doté d'un esprit, d'une psyché. Comme ton moral bat des deux ailes en chute libre, tu vas voir un psy ou un peute (théra-). Il y en a de toutes sortes, choisis ton camp camarade, t'en as pour des mois et encore des gros sous à sortir (leur taux horaire est hallucinant, si j'avais su j'aurais fait ça direct comme choix pro: écouter avec un air concerné sans trop parler ni se fatiguer, ça paye vraiment bien). Au moins tu as quelqu'un(e) à qui parler, vus la compréhension et le soutien des médecins et de ton entourage, ce n'est pas du luxe.

 

Ça soulage ton esprit mais ça reste limité, les psys/peutes sont des être humains comme toi et moi, ils ont leurs soucis et pas tous sont résolus. Papoter de tes problèmes, c'est pas ça qui te ramène de la vitalité. Bref, au fil des années tu écumes une ribambelle de thérapies aussi inutiles que coûteuses mais pas une pour t'expliquer comment fonctionne ton corps, la plastique de ton cerveau, ton mental, tes émotions, ni comment être autonome et découvrir ton autorité personnelle. Les psys/peutes ont bien des choses à apprendre sur le lien corps-esprit en relation avec le système nerveux, la neuroplasticité, la physiologie... Bref, l'être humain dans sa merveilleuse globalité.

 

Certains ne parlent pas du tout, à la mode d'antan (la grande esbroufe interplanétaire, ils empochent tes billets l'air très concerné, ils sont gentils mais une plante verte aussi c'est gentil), d'autres se sentent investis d'une mission de sauveur (ça tombe bien, tu te sens victime de tout et surtout de ton corps, tu rêves que quelqu'un te guérisse, genre super-héro, ils aiment que tu t'auto-apitoies), d'autres ont soif de pouvoir (ils adorent les brebis égarées vulnérables, ça les fait se sentir importants, un peu comme les politiciens), d'autres encore sont ultra-avancés-spirituellement et ont tout compris à l'au-delà (sauf qu'ils ont l'air pincé et se sont perchés pour supporter leur vie ennuyeuse sur terre), d'autres ont plein d'outils émo-corpo-psycho-kinésio-machins (très scolaires, ils veulent utiliser tout ce qu'ils ont appris en formation et gare si tu ne fais pas comme ils disent). Ex cetera et tutti quanti.

 

La médecine alternative, comme la médecine occidentale/conventionnelle, peut te soulager, aider ton corps, mais elle ne peut pas te guérir, car cela voudrait dire que tu as besoin de quelque chose d'extérieur, un traitement, un remède, une technique, ou une combinaison de tout ça, pour guérir. C'est l'erreur, la croyance, la plus grande à dépasser pour comprendre l'utilité de la médecine holistique. Parce que la guérison tant attendue, c'est en définitive de l'auto-guérison.

 

 

La maladie n'existe pas, elle n'est que la conséquence

Concernant le tampon 'EM/SFC', peu connu au rayon des grandes surfaces médicales, les médecins/psys pensent que tu fais un burnout, une dépression. Les mots 'fatigue chronique" du sigle 'SFC' les mettent toujours sur cette piste, ils en voient passer des dizaines dans leur cabinet, c'est la maladie du siècle. Pour eux, pas de mystère. Ils ont raison à ceci près que la maladie du siècle c'est celle des stresssss (cf onglet du même p'tit nom); et ils ont tort: toujours cette confusion que tu somatises, point barre. Les docs physiques qui ne trouvent pas comment t'aider refilent le bébé avec l'eau du bain (toi et ton corps épuised of the life) aux docs psychiques. T'as besoin de repos, d'antidépresseurs et de venir les voir souvent, te disent ces derniers tous en cœur. Leur business en dépend, remarque, pas fous les bourdons.

 

 

Ils sont bien sympas à vouloir butiner autour de ton mal-être pour t'aider à le dissiper mais aucun n'appréhende le lien corps-esprit qui va bien au-delà de la simple notion de psycho-somatisation à la sauce psychanalytique (cf onglet 'holistique'). Le souci avec cette psycho-somatisation bêtement vulgarisée, c'est qu'elle te culpabilise en te faisant penser que "c'est tout dans ta tête", susurrant implicitement "c'est pas dans ton corps". C'est très limitant de voir les choses ainsi.

 

Et très énervant, personne n'aime sous-entendre avoir une maladie mentale ou un trouble psy. De plus, papy Freud a été un sacré précurseur, mais c'était il y a 2 siècles, faudrait pitêtre penser à passer à autre chose maintenant, intégrant l'aspect psy à l'aspect phy, copain-copain, ainsi qu'à d'autres variables personnelles/relationnelles/environnementales/spirituelles: la médecine holistique, moderne, quoi.

 

Les docs des deux écoles ne mesurent pas toujours l'effet produit par un diagnostic que tu imagines comme allant t'aider et te rassurer maintenant que le tampon 'EM/SFC' est posé (ou d'autres tampons, certaines personnes cumulent plusieurs étiquettes médicales, ça confirme, elles sont vraiment officiellement-gravement "malades"). L'effet nocebo est bien réel: le diagnostic te rassure un peu au début mais très vite tu comprends qu'il ne te servira pas à grand chose (2ème effet kiss pas cool) et que tu vas être très seul face à ta super maladie inconnue de la plupart des médecins. Tu te décomposes de peurs/angoisses, ce qui est amplement alimenté par tout ce que tu lis sur Mr Google et aggrave ton état de santé physique et psychique.

 

Certains médecins et psys, et surtout toi, oublient de considérer ta perméabilité émotionnelle à tout ce que tu découvres comme informations anxiogènes, cette contagion de la toile qui imprime dans ton cerveau les fondations tenaces des futurs chemins puis autoroutes neuronaux (cf onglet 'neuroplasticité'), ceux-là même qui enfermeront ton corps-esprit dans un sarcophage d'appréhensions et de détresses bien légitimes, ce qui contribuera à matérialiser l'EM/SFC pour de bon dans ta vie. Tu n'inventes rien, ton épuisement et tes symptômes sont bels et bien réels, aucun doute là-dessus. Tu n'es pas un malade imaginaire, un hypocondriaque, un simple dépressif, tu ressens exactement les effets physiques d'un épuisement colossal de ton organisme. Il est juste mal interprété par la médecine allopathique tradi qui a beaucoup à apprendre du lien corps-esprit (mind-body medecine), de la nouvelle biologie (appelée aussi épigénétique), de l'hygiénisme, et des neurosciences, le tout créant la médecine holistique.

 

En définitive, la maladie 'EM/SFC' n'existe pas en tant que telle, puisqu'elle est la résultante d'un épuisement carabiné du système nerveux/endocrinien qui a entrainé un dysfonctionnement systémique dans ton corps. Mais il faut bien mettre une étiquette quelque part. Le tampon apposé, la maladie finit par exister, puisqu'on y croit-puisqu'on nous l'a dit, c'est-à-dire les zautorités allopathiques incapables de guérir les maladies chroniques - même celles très connues, les VIP comme le cancer, la sclérose en plaques, le sida. On n'a même pas besoin de se rallier à la parole médicale divine, on est baigné dedans depuis toujours, aucune remise en question... Question de culture et de niveau de conscience (en mode somnambulisme: gobage de pilules/effacer les symptômes à l'aide de la chimie/pansements sur jambes de bois, surtout ne pas se poser de questions sur les causes).

 

L'EM/SFC ressemble étrangement à la fibromyalgie, celle-ci étant plus versée dans les douleurs musculo-articulaires, l'EM/SFC plus dans l'exténuation, chacune empruntant à l'autre des symptômes. Question d'intensité, en réalité, elles sont la même expression symptomatique d'un épuisement du SNA (cf onglet 'stresssss'), d'une retenue émotionnelle de haute voltige (tu es un vrai pro, cf onglet 'hypersensibilité'), doublée d'une hygiène de vie inadéquate, d'une ignorance du fonctionnement de la psyché (cf onglet 'l'inconscient') et du lien corps-esprit dans sa merveilleuse globalité (cf onglet 'holistique'). Lyme présente aussi les même caractéristiques que ses deux consœurs, le système immunitaire prévalant dans son fonctionnement très affaibli. De multiples formes, les mêmes causes. Plein d'étiquettes bien tamponnées sur ton corps tout épuisé/tout douloureux. Tu te sens comme une brave bête qui finira à abattoir, vu le peu d'espoir et de guérison affichés.

 

C'est la loterie qui t'a fait avoir le tampon 'EM/SFC', tu aurais presque pu avoir celui de 'fibro' ou 'lyme". Dans les forums, nombreux sont ceux qui ont l'un ou l'autre. Kif-kif bouriquette, les différents camps galèrent allègrement à trouver des solutions médicales et végètent dans cette vie de souffrances à cause de l'effet nocebo du schmilblick. Certains écument pendant des années les forums de maladies (record d'une anglo-saxone: 24) comme ils pourraient écumer les bars pour noyer leurs peines s'ils le pouvaient. L'engrenage de la Grande Terreur est bien mis en place, pas de doute, avec effets physiques/psychiques immédiats. Allonz'y gaiement, on ne fait pas dans la demi-mesure, l'obscurité peut s'étendre tranquillou. D'autres écument les cabinets médicaux (40 docs en plus d'une décennie, si si, c'est du vécu aussi - pas le mien). Le trou noir s'agrandit. A la tienne Étienne.

 

L'effet nocebo est comme l'effet placebo mais à l'envers, une sorte d'auto-réalisation/suggestion cognitive (relatif aux sciences cognitives, qui englobent les neurosciences) en fonction de ce que tu crois dur comme croix de bois, croix de fer: si tu crois qu'un médicament va te faire du bien, il y aura de grandes chances pour que ça soit le cas et que ça te soigne (placebo), même si tu as pris du sucre en gélule - et si tu as des effets secondaires, ils seront moindres; si tu as peur d'un médicament et ne veux pas le prendre, il y aura de grandes chances pour que tu le supportes mal (nocebo) et que les effets secondaires soient décuplés. L'effet placebo marche aussi quand on avertit le patient qu'il va prendre un placebo en su-sucre (exit la crédulité présumée) et aussi quand un médecin très sérieux et très sûr de lui avec son diplôme accroché au-dessus de son bureau t'assure que le médoc qu'il te prescrit va te soigner ('syndrome de la blouse blanche', effet rassurant de l'autorité paternelle-paternaliste). En gros, L'effet placebo/nocebo, c'est la loi de l'attraction en fonction de tes croyances médicales (cf onglet 'neuroplasticité').

 

Pas d'effet placebo une fois le diagnostic 'EM/SFC' posé - même sans diagnostic, surtout si tu as passé des années sur les forums des réseaux-sociaux à lire tout et son contraire sur tous les symptômes et sur toutes les maladies possibles et imaginables. L'effet nocebo est quant à lui on ne peut plus réel (à lire "Le placebo, c'est vous" de Joe Dispenza ou "La biologie des croyances" de Bruce Lipton): tu es tellement paniqué XXXXXXL que cette auto-prophétie (effet Pygmalion inversé, pas d'bol mais autant d'efficacité, un effet papillonné de chaos, qui engendre avec beaucoup d'amplitude une suggestibilité exceptionnelle due à tes découvertes sur internet) d'invalidité, de chronicité et d'incurabilité de ton état se réalise pleinement et durablement (on fait les choses bien, toujours dans la continuité), avec le concours de ton ingénieuse neuroplasticité très, très sensible à ce que tu penses et ressens (inconsciemment of course, on ne nous a jamais appris à être présent, dans cette vie).

 

 

 

Relax, my dear, tu peux (auto-)guérir

Détends-toi, inspire-expire, car ton corps n'est pas fichu, il est sur-épuised of the life, chroniquement HS, les surrénales en gants de toilette lessivées par trop de brassages existentiels (cf tous les stresseurs de ta vie). Tu n'es pas "malade" dans le sens où tu n'as pas besoin d'être soigné par l'extérieur: tu as/ton corps a besoin de repos, avant tout, car ton système nerveux/adaptatif est exténué big time dans l'histoire de l'humanité (maladie du siècle, pour rappel).

 

 

Tu es malade de trop d'épuisements en cascade, d'avoir trop tiré sur la corde pendant longtemps ce qui a aboutit avant le début des premiers symptômes à de la fatigue chronique/surrénale (version light de ce tu connaitras en amplifié x10 ou x50 quand démarrera ce que tu nommes la maladie EM/SFC & co). Ensuite, donc, une fois la fatigue chronique dépassée (maintenant tu vois cette période comme un rêve tellement c'était une lune de miel par rapport à ce qui a suivit), tu es devenu malade d'être épuisé d'être épuisé d'être épuisé (aucune erreur de frappe, tu as bien lu, je peux même en rajouter derrière) pendant des années de "maladie" vécue en mode isolement, sans aides médicales/contacts/activités/joies/perspectives mais avec des hectares d'angoisses/détresses morales/incompréhensions/douleurs physiques qui ont rendu ton ciboulot fou de terreur et donc en alerte danger maximale, ton corps terrassé de lourdeur comme si tu étais allé prendre quelques G en faisant un tour d'avion de chasse avec Tom Cruise dans Top Gun. Ce qui est largement suffisant pour te créer une vie de galère (et je suis polie) que tu appelles "être malade chronique/handicapé", une fois le tampon officiel apposé sur ton épaule voutée de victime de la maladie incurable. De quoi aller mettre un cierge dans toutes églises/temples/mosquées de Navarre et d'ailleurs (sais pas si on a le droit de mettre des bougies ailleurs que dans les églises, ma culture religieuse est très limitée).

 

Alors que tu es juste traumatisé, jour après jour, mois après mois, année après année, par tant de douleur à vivre. Et c'est totalement logique, physiologiquement/physiquement et émotionnellement/psychiquement parlant, que la résultante soit que tu ne puisses pas faire quelques pas sans avoir la sensation que ton corps ne peut plus tenir debout comme si tu venais de rentrer de Chine à pieds.

 

Il n'est pas super opérationnel mais il est bien vivant, ne va pas mourir, ni dégénérer, ni te laisser avec des séquelles. Car l'épuisement carabiné et les douleurs ne sont que des  symptômes/conséquences. Ce n'est pas génétique/organique/neurologique, et ton état n'est pas irrémédiable/incurable. C'est "juste" de l'épuisement extra-extra-pas-ordinaire. Ton esprit aussi va bien, dans le sens où tu n'es pas fou, tu n'inventes rien, tu n'as pas une "maladie" mentale, une dépression cachée (elle est bien réelle celle-ci, c'est la moindre des politesses vue ta vie, y'a pas de honte à ça), tu es juste giga stresssssé émotionnellement et mentalement, ce qui a impacté sur ton corps giga-fortement depuis des années/décennies. Tu es traumatisé de ton vécu "maladie", qui continue de terrifier ton cerveau limbique et de faire flipper ta psyché, engendrant des circuits neuronaux hyper bien câblés sur ce que tu connais par cœur des puis des lustres, la maladie (cf onglet 'neuroplasticité'). Tout est relié.

 

C'est un changement de paradigme de penser autrement que maladie. On est surtout malades de nos méconnaissances et fausses croyances  concernant la santé et les capacités de nos corps et esprit, ce qui créent un jour des dysfonctionnements que l'on appelle à un moment donné maladies.

 

Retrouver de l'énergie nerveuse ne dépend ni de l'intensité de tes symptômes, ni de la durée de ton tampon, ni de ton âge. J'ai lu et entendu des témoignages (en anglais) de personnes de tous âges et durées de maladie "guérir" (mais tu n'es pas malade/ton corps n'est pas cassé, donc il n'y a rien à guérir à proprement parler, juste à rééquilibrer ton système nerveux, ton corps peut s'auto-guérir tout seul) sans aucun dommages corporels/psychiques après coup, comme si la "maladie" n'avait jamais eue lieu. Sans aucune rechute, "guérir" totalement, retrouver un système nerveux/adaptatif fonctionnel définitivement, et reprendre une vie plus que normale: une vie merveilleuse et pleine de sens. WTF ce qu'ont dit les médecins avec leur diagnostic "maladie chronique incurable". Pour qui se prennent-ils pour décider de ce que sera ta santé? Probablement des dieux. En pacotille, definitly. j'en suis la preuve vivante.

 

Je répète: c'est possible de retrouver de l'énergie complètement comme si la soi-disant maladie n'avait jamais eue lieu. Ce qui montre bien que rien n'est irrémédiable, chronique, incurable, quand on comprend comment tout ça s'est mis en place à l'insu de ton plein gré par ton merveilleux corps qui s'est mis en mode économie d'énergie pour assurer ton intégrité physique/psychique. Système d'adaptation hyper performant qui te permet de rester en vie, même avec 5% d'énergie.

 

J'imagine que des témoignages de "guérison" tu n'as pas dû en voir souvent sur le net, surtout si tu ne parles pas english. On devrait parler d'auto-guérison, plutôt.

 

Toutes ces personnes ont en commun d'avoir pris en charge leur santé et changé de perceptions sur la notion traditionnelle de maladie. Leur paradigme de pensée a radicalement changé, de même que le mien au fur et à mesure des années. Je n'en serais pas là où j'en suis, pleine d'énergie, autrement. De là où j'étais (tellement exténuée que je passais tout mon temps sur mon lit, ne pouvais plus sortir, plus rien faire), je te confirme que la guérison n'est pas que physique même si elle se traduit ainsi au final: elle est aussi émotionnelle (accueil, ressenti, relâchage, pacification), mentale (croyances aidantes, état d'esprit résilient), spirituelle (vision globale, amour de soi, auto-compassion, sens dans sa vie, connexion à soi et aux autres). C'est ça l'auto-guérison, le principe fondateur de l'approche holistique, "the mind-body medecine".

 

J'ai en définitive guéri de mes conceptions erronées sur moi, sur la vie et la santé. Les clefs principales pour arriver à cela sont la compréhension, la conscience et la persévérance: tu as tout ce qu'il faut en toi pour te soigner et guérir. En réalité, il n'y a rien à soigner car ton corps n'a aucun souci génétique, ton cerveau n'est pas neurologiquement malade, il a besoin d'être recâblé avec de nouvelles perceptions concernant la santé pour que tout s'actionne différemment à l'intérieur de toi. Ton organisme a tout en lui pour se rééquilibrer et fonctionner très bien. Présentement, il est épigénétiquement déstabilisé, au bout du rouleau nerveusement mais ce n'est pas irrémédiable, c'est même ré-éducable.

 

 

Je répète: tu n'es donc pas malade dans le sens où ton corps est cassé/ne pourra plus jamais refonctionner normalement; tu es malade d'être épuisé par l'épuisement (l'œuf ou la poule) et le manque de compéhension/espoir, le tout lié au câblage chronique de ton cerveau sur toutes tes souffrances/pensées/émotions pendant des lustres qui te paraissent des siècles; ton système nerveux/endocrinien (adaptatif) est présentement dysfonctionnel, ce qui fait que ton corps est exténué en permanence, sans jamais arriver à se reposer tel que la nature l'a conçu.  Ton système adaptatif peut se rééquilibrer par lui-même car il n'est pas fichu pour de bon. Sinon tu serais déjà mort, avec un repos non-récupérateur définitif. Le tien est juste temporaire, même s'il dure depuis des années, et réversible.

 

 

Ton corps a juste subit trop de stresssss et a été débordé par les évènements comme je te l'explique de multiples manières dans les différents onglets du site. Du coup, il a calé et s'est mis en pause jusqu'à ce que tu comprennes, ce qui se traduit par un épuisement et des symptômes très impressionnants mais bénins (puisque toutes tes analyses médicales te le disent que tu n'as rien, là dessus tu peux faire confiance à la médecine et ses appareils super technologiques, tout d'même!). D'ailleurs ils s'évaporent progressivement quand l'énergie revient, comme par enchantement. Ce qui montre bien qu'ils ne sont aussi que des conséquences de l'état d'épuisement nerveux de ton merveilleux corps. L'intensité de l'exténuation ne signifie en rien que ton corps est gravement malade. Ça signifie juste que ton corps est grave hyper sensibilisé, ce qui a grave hyper activé/stressé ton SNA avec toute l'avalanche de conséquences que cela entraine sur différents systèmes et organes, pour te faire croire encore plus que ton corps est fichu. Se focaliser sur la "maladie" et les symptômes est une erreur d'appréciation qui renforce la "maladie" et les symptômes (cf onglet 'neuroplasticité'). "Where focus goes, energy flows": là où tu diriges ton attention, ça attire/entraine ton énergie. Si ton attention/énergie se focalise sur ton manque d'énergie/tes douleurs/ta maladie... Tout se tient, et la soi-disant maladie peut perdurer pendant des décennies.

 

La compréhension car tu peux apprendre des tas de choses passionnantes sur la physiologie/mécanique du corps, comment fonctionne ton cerveau aux niveaux mental/inconscient/neuroplastique, comment fonctionne ton espace émotionnel, comment développer un état d'esprit résilient et comment tout ceci est en lien. Tu as besoin de ces connaissances pour découvrir la puissance et la beauté de ton organisme, sa capacité d'auto-régulation (homéostasie) et d'auto-guérison. Dans les playlists de ma chaine YouTube, je t'ai concocté des tas de thèmes très intéressants grâce à tous les youtubers aussi intelligents qu'inspirants que j'ai découvert. C'est grâce à eux et à toutes mes lectures (cf onglets 'livres') que j'ai changé de perceptions et évolué vers un paradigme de pensée plus propice à l'auto-guérison de mon corps au niveau nerveux/endocrinien, ce qui a ramené l'énergie.

 

Auto-guérison ne signifie pas que ça ne fait tout seul, par magie, en faisant des prières, en attendant que ça passe ou en allant voir des guérisseurs/magnétiseurs (médecines alternative/spirituelle aussi inefficace pour te guérir que la médecine traditionnelle, même si ponctuellement elles peuvent chacune soulager/aider ton corps/te donner de l'espoir et du répit/réduire tes symptômes, t'aider à survivre, ce qui est déjà beaucoup), ça signifie que ton corps a tout en lui pour revenir à l'état d'équilibre qui est le sien (homéostasie) et qui se traduit par la pleine santé. Et que ton boulot, si tu acceptes la mission (possible!), c'est de mettre en place tout ce dont a besoin ton corps, et ton esprit, pour y arriver.

 

La compréhension de tous les mécanismes à l’œuvre dans ton corps et dans ton esprit. L'acquisition de connaissances sur le lien corps-esprit, la physiologie, la médecine holistique, pour abaisser tes niveaux de stress et ramener ton organisme à un niveau de sécurité propice à sa relaxation.

 

L'acceptation de ta situation actuelle. On ne peut pas changer ce qu'on n'accepte pas, ce qu'on cherche à fuir ou à combattre. Ne pas accepter est très énergivore et ultra-stressant, ça revient à ne pas vouloir accepter les nuages quand le temps est pluvieux. Perte de temps et de ressources. Augmentation des stresseurs internes et de l'épuisement, des douleurs et symptômes divers. Bingo.

 

La conscience pour apprendre à être présent, à te faire du bien, à t'aimer, à te considérer, à découvrir tes besoins et limites mentales, à dire non pour te respecter, à ressentir et à vivre tes émotions de façon saine pour toi et ton entourage, à décharger tes tensions diverses (physiques, émotionnelles, mentales).

 

La persévérance car tu auras besoin de patience et de détermination pour progresser sur ce chemin merveilleux de la découverte de toi et de ton corps-esprit sur tous les plans, cette rencontre qui t'attend au creux de toi-même et qui ne dépend pas de l'extérieur. Ce sera chaotique, déstabilisant, tu vas douter et chuter de nombreuses fois, mais qu'importe, ça n'entache en rien ta capacité à réussir potentiellement, si tu y crois avec tes tripes. L'important n'est pas de ne jamais chuter, c'est impossible car tu es humain, l'important est de te relever à chaque fois.

 

Il suffit que tu aies l'esprit ouvert, courageux et curieux. Et beaucoup de patience, d'amour pour toi. Tout s'apprend, même la patience, la détermination, la résilience, à s'aimer quel que soit son état etc. Tout s'apprend, rien n'est impossible aux cœurs vaillants. Personne d'autre que toi ne peut le faire à ta place, tu es l'entrepreneur de ta santé et de ta vie, toi seul détiens les clefs de ta "guérison". Ainsi l'auto-guérison pourra s'opérer.

 

Tu es l'acteur et le créateur de ta réalité. Si tu veux que l'auto-guérison en face partie, il s'agit d'y croire et de bosser dans ce sens tous les jours, un jour à la fois, petit pas après petit pas.